Tokyo, 19 juin (VNA) - Les procureurs japonais ont demandé la peine de mort pour Yasumasa Shibuya, un Japonais accusé d'avoir assassiné une fillette vietnamienne de neuf ans dans la préfecture de Chiba en mars 2017.

L'accusé Shibuya Yasumasa. Photo : Asahi Shimbun/VNA


Lors du dernier jour du procès en première instance, le 18 juin, les procureurs ont affirmé que Yasumasa Shibuya, 47 ans, avait commis un crime «de sang froid, haineux et cruel» et exigé la peine la plus élevée.

Cependant, les avocats de la défense ont continué à affirmer que le prévenu était innocent et que les preuves n'étaient pas assez fortes pour l'inculper.

Le tribunal de Chiba a annoncé qu'il rendrait sa décision le 6 juillet 2018.

Yasumasa  Shibuya est accusé d'avoir tué Lê Thi Nhât Linh, une élève de troisième année vivant dans la ville de Matsudo.

Dimanche 26 mars 2017, Lê Thi Nhât Linh a été retrouvée morte sous un pont sur un canal de drainage à Abiko. Les enquêteurs japonais ont estimé que la petite fille avait été tuée ailleurs car il n’y avait aucun signe d’une lutte à l’endroit où son corps a été retrouvé nu, et qu’elle avait été enlevée quelques minutes après avoir quitté sa maison à Matsudo pour son école primaire, vendredi matin 24 mars 2017.

Shibuya Yasumasa, 46 ans, un voisin de la famille de Nhât Linh, a été immédiatement arrêté après les résultats d'expertise montrant que son ADN était le même que celui trouvé sur des objets appartenant à la petite fille.

Yasumasa Shibuya était à la tête de l'Association des parents de l'école primaire de Matsudo où la victime était présente. Il vit à environ 300 mètres de la maison de la victime.

Lê Anh Hao, père de la victime, a également souhaité que la vérité soit connue et que l’auteur du crime soit puni sévèrement. - VNA