Le vice-Premier ministre Truong Hoa Binh lors de la conférence-bilan le 29 janvier à Hanoï. Photo : VNA
 

Hanoï (VNA) – En 2017, environ 42.577 infractions pénales ont été découvertes et la majorité des affaires graves ont été rapidement traitées, a indiqué le vice-ministre de la Sécurité publique, Le Quy Vuong.

Ces chiffres ont été présentés le 29 janvier à Hanoï, lors d’une conférence-bilan du Comité de direction de la prévention et de la lutte contre la criminalité du gouvernement (Comité de direction 138/CP) et du Comité national de direction de la lutte contre la contrebande, les fraudes commerciales et la contrefaçon (Comité national de direction 389). Cette conférence a été présidée par le vice-Premier ministre permanent Truong Hoa Binh, également président de ces deux comités.

Selon un rapport présenté à cette occasion, les parquets populaires de tous niveaux ont traité l’année dernière plus de 86.000 affaires impliquant plus de 121.000 personnes. Les tribunaux populaires et militaires ont jugé plus de 60.000 affaires avec plus de 100.000 accusés.

S’agissant de la lutte contre la contrebande, les fraudes commerciales et la contrefaçon, plus de 225.800 affaires ont été découvertes. Les amendes administratives, les ventes de marchandises confisquées et les recouvrements fiscaux ont rapporté plus de 23.101 milliards de dôngs. Plus de 1.600 affaires impliquant plus de 2.100 personnes ont été traduites en justice.

Le général de brigade Nguyen Van Son, commandant adjoint du Commandement de la garde-côte, a affirmé l’aggravation du trafic clandestin des produits pétroliers en mer. De son côté, le général de brigade Bui Duc Hanh, commandant adjoint du Commandement de la garde-frontière, a souligné que la frontière entre le Vietnam et la Chine était un « point chaud » du trafic de drogue et de la contrebande.

Appréciant les réalisations du Comité de direction 38/CP et du Comité national de direction 389 en 2017, le vice-Premier ministre Truong Hoa Binh a annoncé que des groupes de contrôle et de supervision seraient créés afin de découvrir des erreurs et infractions au sein des organes compétents. « Les zones interdites ne sont pas permises, notamment dans la lutte contre la corruption », a-t-il déclaré.

Truong Hoa Binh a par ailleurs appelé les organes compétents à avancer de nouvelles mesures pour améliorer la lutte contre la criminalité, la contrebande, les fraudes commerciales et la contrefaçon. -VNA