Le président Tran Dai Quang prononce un discours à la cérémonie marquant le 55e anniversaire de la Journée du désastre de l'agent orange (10 août).
 

Hanoi (VNA) – Un meeting marquant le 55e anniversaire de la Journée du désastre de l'agent orange (10 août) a eu lieu mercredi matin à Hanoï, en présence du président vietnamien Tran Dai Quang.

S’exprimant à cette occasion, le président Tran Dai Quang a indiqué : "Si plus d’un demi-siècle s’est écoulé, le peuple vietnamien a dû également subir les conséquences catastrophiques de la guerre chimique menée par les impérialistes américains au Vietnam. L’agent orange a laissé des effets nuisibles et durables à l’environnement, à l’écosystème et à la santé humaine. Le pays compte actuellement environ 4,8 millions de personnes qui ont été exposées à la dioxine, dont 3 millions en sont victimes à des degrés divers. En particulier, les méfaits de ce toxique peuvent se transmettre sur plusieurs générations. Il s’agit d'une douleur non seulement pour la population vietnamienne, mais encore pour l’Humanité progressiste».

"Ces dernières années, le Parti et l’État ont publié plusieurs préconisations et politiques pour régler les conséquences de l’agent orange. Chaque année, l’État accorde plus de 10.000 milliards de dongs aux victimes et aux régions lourdement contaminées. Le plan d’action national de règlement des séquelles des produits chimiques utilisés par les impérialistes américains pendant la guerre au Vietnam promulgué par le gouvernement a été introduit dans les stratégies, planifications, plans, programmes de développement socio-économiques des ressorts central et local", a-t-il ajouté.

"Le mouvement +Agir pour les victimes de l’agent orange+ déclenché par le Comité central du Front de la Patrie du Vietnam a attiré la participation des Vietnamiens à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, ainsi que des amis internationaux. Les associations des victimes de l’agent orange/dioxine de tous les échelons ont valorisé la morale +Quand on boit de l’eau, on pense à la source+ de la nation vietnamienne pour contribuer activement aux soins, à l’aide et à la protection des droits et intérêts légitimes des victimes".

Le président Tran Dai Quang a profité de cette occasion pour remercier les organes diplomatiques, les organisations et les individus étrangers de leur assistance matérielle et spirituelle aux victimes vietnamiennes ainsi que de leur soutien accordé à leur lutte pour la justice.

Il a également indiqué : "Régler les conséquences laissées par les produits chimiques utilisés par les impérialistes américains pendant la guerre au Vietnam pour l’environnement et la santé humaine est une question urgente et durable ainsi que la responsabilité de tout le système politique et de toute la population, contribuant à la lutte de la population du monde entier pour la paix, la coopération au développement et le progrès social ainsi que pour un monde vert et sans armes chimiques".

Dans cet esprit, le chef de l’État a demandé aux ministères, services et localités de diriger le règlement des séquelles de l’agent orange, de mobiliser les couches de la population, les Vietnamiens à l’étranger, les amis internationaux à faire écho au mouvement "Agir pour les victimes de l’agent orange", à participer aux soins et à l’aide de celles-ci à travers des actions concrètes.

Il a également invité les ministères, services et localités à collaborer étroitement avec l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam dans la lutte pour la justice, à mobiliser les hommes politiques des États-Unis, les organisations sociopolitiques, philanthropiques, internationales, les organisations non gouvernementales étrangères à participer activement aux activités en faveur des victimes vietnamiennes.

A cette occasion, le président Tran Dai Quang a appelé les particuliers et les organisations internationales, les peuples du monde entier à continuer de conjuguer leur efforts pour adoucir la douleur des victimes et endiguer la guerre chimique quelque que soit l'endroit dans le monde.

Le général Nguyen Van Rinh, président de l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA), a souligné que le soutien de la société, des amis et des pacifistes de par le monde constituait un grand encouragement pour les victimes de cet herbicide toxique, les aidant à surmonter les difficultés pour s'intégrer dans la société.

Au Vietnam, durant dix ans, de 1961 à 1971, l'armée américaine a répandu plus de 80 millions de litres de produits chimiques toxiques, essentiellement de l'agent orange contenant au moins 366 kg de dioxine - un des produits chimiques les plus toxiques pour l'homme. Le pays compte actuellement environ 4,8 millions de personnes qui ont été exposées à la dioxine, dont 3 millions en sont victimes à des degrés divers.

Susan Schnall, vétérane ​de la guerre américaine au Vietnam, actuellement présidente de l’antenne de New York de l’Association des vétérans de guerre pour la paix, a présenté ses excuses aux victimes de l’agent orange/dioxine vietnamiennes, avant de s’engager à agir, de concert avec la population vietnamienne, pour régler les conséquences durables de ce toxique. -VNA