Le vice-Premier ministre, M. Nguyên Xuân Phuc, a demandé mardi à Hanoi au Comité national de prévention et de lutte contre le sida, la drogue et la prostitution, ainsi qu'aux ministères, branches et localités, de lutter résolument contre la criminalité et la drogue, notamment le trafic de drogue transfrontalier et la destruction des cultures du pavot dans les provinces montagneuses.

Lors d'une conférence en ligne, M. Nguyên Xuân Phuc, également président de ce comité, a demandé à ce dernier et aux comités de pilotage de tous échelons de renforcer leur coopération internationale, de répondre pleinement leurs engagements internationaux, de mobiliser toutes leurs ressources et de les gérer et les employer efficacement dans cette lutte.

Il a apprécié les résultas obtenus par les ministères, branches et localités, estimant toutefois qu'ils ne sont pas durables, d'autant que le sida, la drogue et la prostitution évoluent de manière complexe.

Il a demandé en conséquence aux organes de continuer d'élaborer et de parachever les textes juridiques dans la lutte contre le sida, la drogue et la prostitution, ainsi que d'accélérer la sensibilisation de la population à cette lutte, notamment les jeunes.

Il a critiqué les 9 provinces qui n'ont pas encore fourni leur bilan de 2012 et leurs orientations pour 2013 que sont Ninh Binh, Ha Nam, Thai Binh, Vinh Phuc, Nghê An, Thanh Hoa, Tây Ninh, Binh Duong et Hâu Giang.

Il a égalementi confié la tâche au ministère des Finances de mettre en oeuvre, en coordination avec les autres ministères, organes et localités, le plan de participation de la toute la société à la lutte contre le sida, la drogue et la prostitution, au ministère de l'Agriculture et du Développement rural, celle d'appeler la population à arrêter la culture du pavot..., et aux localités, de mettre en oeuvre avec persévérence les mesures nécessaires pour garantir l'ordre et la sécurité.

Cette année, le Comité national de prévention et de lutte contre le sida, la drogue et la prostitution s'est fixé pour objectif de réduire de 5% le nombre de toxicomanes, de supprimer la totalité des cultures de pavot, et de renforcer la fourniture de soins de santé aux personnes contaminées par le virus du sida...

Selon un rapport, en 2012, le pays recensait 210.700 séropositifs dont 61.600 sidéens. De 1990 à 2012, 63.000 sont décédés des suites de cette maladie. Par ailleurs, 172.000 toxicomanes sont connus ce jour, soit 8,5% de plus qu'en 2011... -AVI