Jakarta, 13 octobre (VNA) - Le 12 octobre, les dirigeants des Nations Unies et de la Banque mondiale se sont rendus dans la province indonésienne de Sulawesi (Centre du pays), touchée par un tremblement de terre de magnitude 7,4 et un tsunami le mois dernier.

Deux semaines après le séisme et le tsunami qui ont frappé l’Indonésie, le bilan humain s’est alourdi à 2.073 morts. Photo: Reuters


Parmi eux figuraient le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, la directrice générale de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva, des représentants de la Banque asiatique de développement (BAD) et le vice-président indonésien Jusuf Kalla.

Les hauts responsables ont visité la ville de Palu, rencontré des  survivants vivant dans des camps et des blessés soignés dans des tentes installées à l'hôpital d'Anutapura. Ils ont également visité les ruines des zones résidentielle de Perumnas à Balaroa, dans la ville de Palu, détruits par la liquéfaction du sol.

Lors de sa visite à Balaroa, António Guterres a présenté ses condoléances tout en se félicitant de la réaction rapide et efficace du gouvernement indonésien.

Mme Kistalina Georgieva a fait écho au sentiment de M. António Guterres, affirmant qu’elle admirait les efforts des survivants touchés par la catastrophe ainsi que du gouvernement indonésien pour surmonter la catastrophe.

Près de 79.000 personnes évacuées vivent encore dans 112 sites disséminés dans la province. Certaines, dont les maisons ont été légèrement endommagées, pouvaient rentrer chez elles mais ont refusé de peur des répliques sismiques.

Mme Kistalina Georgieva a déclaré que la Banque mondiale était prête à aider le gouvernement pour la reconstruction des infrastructures et des maisons endommagées.

Lors de la première phase de son assistance financière, la Banque mondiale a remis 5 millions de dollars américains au gouvernement indonésien, a déclaré Mme Kistalina Georgieva.

Le vice-président indonésien Jusuf Kalla a déclaré que les autorités donneraient la priorité à la logistique, à l'approvisionnement médical et à l'eau potable, ajoutant que la construction de logements temporaires serait bientôt réalisée et devrait être achevée dans un délai maximum de deux mois.

Le gouvernement mettra en place un groupe de travail comprenant les institutions concernées, dont le ministère des Travaux publics et du Logement et les autorités locales, pour gérer la phase de réhabilitation et de reconstruction, a déclaré M. Jusuf Kalla.

Pendant ce temps, des volontaires du centre de Java ont commencé à construire 100 maisons temporaires pour les survivants qui ont perdu leur maison à Petobo. Les bâtiments, de 20 m², seront construits en acier léger dans des zones non affectées par  la liquéfaction du sol.

Selon le dernier bilan, 2.073 personnes ont été tuées et près de 5.000 autres sont portées disparues, sans compter près de 90.000 sans-abri.

L’Indonésie, archipel de 17.000 îles et îlots formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, zone de forte activité sismique. – VNA