La Vietnamienne Doan Thi Huong (milieu). Photo : AFP/VNA
 
Hanoï (VNA) – La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Le Thi Thu Hang, a indiqué jeudi que les organes vietnamiens compétents avaient pris ces derniers jours plusieurs mesures afin d’assurer les droits et intérêts légitimes de Doan Thi Huong. 

Lors de la conférence de presse périodique donnée jeudi 14 mars par le ministère des Affaires étrangères, Le Thi Thu Hang a répondu à des questions de correspondants concernant les mesures prises par le gouvernement vietnamien pour  protéger les droits et intérêts légitimes de la Vietnamienne Doan Thi Huong. 

La porte-parole a rappelé que le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Pham Binh Minh, avait eu l’après-midi du 12 mars une conversation téléphonique avec le chef de la diplomatie malaisienne, Saifuddin Abdullah. Le 13 mars, le ministre de la Justice, Le Thanh Long, a envoyé une lettre à l'attorney general de Malaisie, Tommy Thomas. Le 14 mars, le vice-ministre des Affaires étrangères Nguyen Quoc Dung a eu une rencontre avec l’ambassadeur de Malaisie au Vietnam, Zamruni Khalid, afin de demander à la partie malaisienne d’assurer un jugement équitable et impartial, et de libérer la Vietnamienne Doan Thi Huong. 

L’ambassade du Vietnam en Malaisie a rendu une visite consulaire à Doan Thi Huong dès l’audience du 11 mars. L’ambassadeur du Vietnam en Malaisie, Le Quy Quynh, a également assisté à l’audience tenue le matin du 14 mars et a rencontré Doan Thi Huong dès la fin de cette audience. 

La porte-parole Le Thi Thu Hang a également souligné les efforts déployés par le ministère des Affaires étrangères pour soutenir Doan Thi Huong et sa famille selon la loi locale et la coutume internationale, dès que l’affaire était survenue. L’ambassade du Vietnam est en contact régulier avec Doan Thi Huong et a envoyé des représentants aux audiences de son procès pour l’assister en cas de nécessité. 

“Le Vietnam a mentionné son affaire à plusieurs reprises dans les échanges de différents échelons avec la Malaisie, voire ceux de haut niveau, demandant à la partie malaisienne d’assurer un jugement équitable, ainsi que les droits et intérêts légitimes de la citoyenne Doan Thi Huong”, a souligné Le Thi Thu Hang. 

Doan Thi Huong  et l’Indonésienne Siti Aisyah sont accusées d’avoir enduit de VX, un puissant agent neurotoxique, le visage d'un homme détenteur d’un passeport sous le nom de Kim Chol, à l’aéroport de Kuala Lumpur en Malaisie, le 13 février 2017. Les deux jeunes femmes, âgées respectivement de 25 et 29 ans, clament leur innocence, disant avoir cru prendre part à une caméra-cachée. L’Indonésienne Siti Aisyah a été libérée le 11 mars.-VNA