Le ministre du Travail, des Invalides et des Affaires sociales Dao Ngoc Dung. Photo : VNA

 

Hanoi, 5 juin (VNA) - Mardi, 5 juin, les députés vietnamiens ont commencé à questionner le ministre du Travail, des Invalides et des Affaires sociales Dao Ngoc DunG devant rendre compte des résultats concernant le marché du travail, la création d’emplois, l’envoi des travailleurs vietnamiens à l’étranger, la qualité de la formation professionnelle, les soins et la protection des enfants.

Sur les solutions prioritaires dans la gestion publique de la formation professionnelle dans le temps à venir, le ministre Dao Ngoc Dung a affirmé que dans le processus de développement socio-économique, les ressources humaines jouent un rôle extrêmement important. La qualité des ressources humaines est faible, ce qui est l'une des raisons de la faible productivité.

Le ministre a déclaré que la structure de formation actuelle n'est pas viable. Plus important encore, la qualité des ressources humaines ne répond pas aux conditions qui garantissent aux employés un environnement de travail sûr et sécuritaire. Dans les années à venir, la priorité accordée à la formation professionnelle est particulièrement importante. La formation professionnelle, la restructuration de la main-d'œuvre et l'amélioration de la qualité de la ressource humaine sont des éléments décisifs, en particulier avec la révolution industrielle 4.0 pendant la période actuelle.

Répondant à la question de la députée Nguyen Ngoc Phuong de la province de Quang Binh (Centre) sur la solution de réarranger les établissements de formation professionnelle afin d'améliorer la qualité de la formation, le ministre Dao Ngoc Dung a déclaré qu'elle était nécessaire. Il y a actuellement 1.954 établissements d'enseignement professionnel, dont 397 instituts universitaires professionnels dont 307 écoles publiques; 525 collèges dont la plupart sont publics. Il y a plus de 600 institutions professionnelles au niveau du district.

Le ministre de l'Education et de la Formation, Dao Ngoc Dung, a souligné que l'amélioration de la qualité de la formation professionnelle comprend les ressources et le corps d’enseignants. Pour la question des ressources financières, l'Etat y répond à 60%, mais 40% provient du budget non-étatique. Ce budget représente environ 8% des sommes totales allouées à l'éducation et à la formation. Pour les enseignants, il y a actuellement un programme normalisé de formation. Les critères, les normes et les politiques avec les enseignants ont été approuvés conformément à la réglementation.

Pour assurer les intérêts des apprenants, le ministre a estimé qu’il fallait augmenter la quantité des établissements mais surtout la qualité et créer les conditions pour s'assurer que les diplômés aient des emplois et des revenus. - VNA