Une estampe du village de Sinh.
 

Thua Thien-Hue (VNA) - Situé à 9km à l’est de Huê, le village de Sinh est le berceau des estampes rituelles typiques de la région de Thua Thiên-Huê. Ce village, ​fondé il y a plus de 400 ans, est l'héritier d'une tradition liée à la religion folklorique et à la culture spirituelle des habitants de Huê.

Pour ce qui est de la notoriété, le village de Sinh n’a rien à envier à Dông Hô, son homologue du Nord. Mais si les estampes de Dông Hô décrivent la vie de la population du delta du fleuve Rouge dans ce qu’elle a de plus profane, celles de Sinh appartiennent, elles, au registre du sacré.

Les sujets des estampes du village de Sinh peuvent être des personnes, des objets ou des animaux. Les personnes sont soit des effigies représentant les membres de la famille soit leurs anges gardiens. Ces estampes sont accrochées au mur et brûlées à la fin d'une année. Les objets représentés sont des habits ou des armes. Les animaux se déclinent en trois catégories: les douze signes du zodiaque chinois pour bénir les membres de la famille ; les animaux domestiques pour les protéger des épidémies ; et les animaux sacrés tels que l’éléphant ou le tigre, pour les éloigner des hommes.

Les estampes de Sinh sont réalisées suivant la même technique et les mêmes matériaux que celles de Dông Hô et de Hang Trông.

Les couleurs utilisées sont naturelles et subissent un traitement pour conserver leur éclat le plus longtemps possible. La technique d'impression est identique à celle utilisée pour les estampes de Hang Trông, la planche imprime les traits en noir et le dessin est complété et coloré ensuite.

Kieu Huu Phuoc, un artisan de Sinh: "La fabrication des couleurs est le travail le plus difficile. Les estampes de Sinh ont cinq couleurs principales qui correspondent à cinq étapes de production. Il faut attendre qu’une couleur sèche pour en ajouter une autre. La production d’une estampe se décline en sept étapes, comprenant la coupure du papier et l’impression".

Le pinceau utilisé par les artisans de Sinh est obtenu à partir de la racine d’ananas. Tout doit provenir de la nature pour s’en attirer les faveurs lors du travail et de l'obtention du résultat final. Les estampes de Sinh continuent ainsi d’occuper une place prépondérante dans la vie spirituelle des Huéens.

À l’heure actuelle, le village de Sinh est une destination attrayante pour les​ touristes, ce qui a permis aux peintures du village d’être diffusées partout au Vietnam et dans le monde. -VNA