Le sanctuaire de My Son a été reconnu patrimoine culturel de l’humanité en 1999. Photo : VNA

Quang Nam (VNA) - Grâce à l’aide d'experts italiens et indiens, le comité de gestion du patrimoine culturel mondial de My Son, dans la province de Quang Nam (Centre), vient d’achever la numérisation de plus de 1.000 antiquités ​trouvées lors des fouilles et des travaux de restauration des groupes de tours G, K et H du sanctuaire de My Son.

Cette numérisation favorise la gestion et la préservation de ce patrimoine précieux.

Selon Phan Ho, chef dudit comité, il s’agit d’un résultat marquant de la coopération internationale dans la conservation du patrimoine culturel mondial de My Son.

Outre l’aide du gouvernement italien, pour l’heure, les experts venus de l’Inde procèdent d’ores et déjà à la restauration des groupes de tours K et H dans le sanctuaire de My Son.

Situé dans la province de Quang Nam (Centre), à 69 km au sud-ouest de la ville de Dà Nang, ​ce sanctuaire est niché dans une belle vallée verdoyante appartenant à la commune de Duy Phu, district de Duy Xuyên. Il était, dans le passé, le lieu de culte principal du royaume de Champa. C’est là aussi que les tombeaux des rois ou des membres de familles royales ont été construits. C’est l'un des plus grands sanctuaires religieux de l'hindouisme dans le Sud-Est asiatique.

Les tours, les temples et les tombes ont été principalement construits entre les VIIe et XIIIe siècles. Cependant, les fouilles montrent que les tombeaux des rois Cham ont été érigés à partir du IVe siècle et que le site comptait plus de 70 œuvres architecturales. Tout au long de son histoire, le sanctuaire de My Son a subi des destructions dues aux guerres auxquelles se sont ajoutés les outrages du temps.

L’architecture des monuments reflète l’influence culturelle de l’Inde. La plupart des tours possèdent un toit pyramidal censé représenter le mont Meru - demeure des dieux du panthéon hindou. La tour principale est entourée de tours plus basses, toutes orientées à l’Est pour recevoir la lumière du soleil levant.

Avec ses 70 bâtiments en brique et en pierre construits entre les IVe et XIIIe siècles, My Son est un ensemble architectural remarquable. Comparable aux constructions les plus célèbres d’Asie du Sud-Est, le site a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en décembre 1999.

Le sanctuaire de My Son est un témoin privilégié de l’histoire de l’ancien Champa, et une partie importante du patrimoine mondial. -VNA