Hanoi (VNA) - Lors de la Fête de la Mi-automne (Trung Thu), le masque retrouve ses lettres de noblesse. Récemment organisé à Hanoï, un atelier de confection a permis d’inculquer des valeurs et des traditions ancestrales aux enfants.

Des enfantsse concentrent sur la finitionde leur produit. Photo :Dâu Dung/CVN
La Fête des masques de la Mi-automne 2016 a été organisée au Temple de la Littérature de Hanoï le 4 septembre, attirant des centaines d’enfants qui se sont essayés à leur confection dans un atelier. Ils ont appris à faire des masques en carton, à créer des dessins en pâtes de couleur sur des éventails en papier... Ce programme aura aussi lieu au Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville le 10 septembre.

Partager l’amour de la culture traditionnelle

Organisé par la peintre Trang Thanh Hiên et des étudiants de l’École des beaux-arts du Vietnam, le projet visait à partager l’amour pour la culture traditionnelle ainsi qu’à aider les enfants à confectionner des masques traditionnels en papier mâché, histoire de remettre ceux-ci au goût du jour...

Au Vietnam, les masques en papier mâché sont des jouets traditionnels de la Fête de la Mi-automne, qui tombe cette année le 15 septembre. Autrefois, on les fabriquait en famille; c’était les grands-parents et les parents qui s’attelaient à la tâche. Plus tard, ce travail est devenu un métier traditionnel, avec son lot d’artisans chevronnés et de secrets de fabrication jalousement préservés.
«C’est la 3e fois que nous organisons cette activité. C’est un espace créatif mais aussi d’éducation à certaines valeurs», a partagé Hiên.

«L’éducation aux patrimoines a été réalisée dans quelques écoles. L’objectif est, au travers d’activités ludiques, d’aider les enfants à mieux comprendre et aimer les patrimoines», a précisé Dô Thi Tam, vice-directrice du Centre de la culture  et de la science du Temple de la Littérature.

Parmi les nombreux jouets associés à la Fête de la Mi-automne - dont les lanternes en forme d’étoile, de tambours ou cylindriques - Hiên a choisi les masques car ils inspirent facilement les enfants. «Les enfants peuvent ainsi imaginer et dessiner leurs personnages préférés», a-t-elle ajouté.

Divisés en groupes, les enfants ont appris comment utiliser des pinceaux, mélanger des couleurs et peindre les masques, en suivant les conseils avisés des professeurs et des étudiants de l’Université des beaux-arts du Vietnam. Une fois le masque terminé, chaque enfant pouvait l’emporter à la maison pour accueillir la Fête de la Mi-automne qui tombe cette année le 15 septembre. 

Des produits originauxpour les enfants. Photo : Dâu Dung/CVN


Développer la créativité des enfants

Tous ces travaux manuels destinés aux enfants auront pour but de les aider à développer leur pensée créatrice et artistique à partir d’images familières de la vie quotidienne. «J’ai vraiment apprécié cet atelier. C’est la première fois que je participe à cette activité. Des étudiants m’ont aidé», a remarqué Vân Anh, 10 ans.

Les parents aussi étaient heureux et ont salué la qualité de l’atelier. «Cette activité a permis aux enfants d’être en contact avec la culture», a commenté Vu Thi Hà, la mère de Vân Anh.

Mais le comité d’organisation souhaite également élargir la compréhension du public vietnamien sur les masques du monde entier. Ainsi, pour la première fois, des masques africains ont été présentés à la fête. Des échanges culturels intéressants ont eu lieu, avec une nouvelle approche des formes visuelles.

L’atelier avait aussi un caractère humanitaire. Le comité d’organisation offrira en effet les masques réalisés par les enfants, les étudiants et les peintres aux enfants malades de l’Hôpital central de pédiatrie. L’activité sera aussi étendue pour soutenir les enfants handicapés du district de Soc Son, à Hanoï. «Cela montre l’esprit de solidarité qui règne autour de ce projet», a souligué Hiên.

«Je trouve que c’est vraiment très bien... C’est à la fois culturel et caritatif. Je suis très contente que ma fille puisse participer à des activités de ce genre dès sa petite enfance», a confié Hà Thanh Thuy, mère d’une fillette de 5 ans.

Après l’organisation de ces événements à Hanoï puis à Hô Chi Minh-Ville, ils devraient être tenus à plus petite échelle dans des écoles, des centres culturels et certaines entreprises pour attirer l’attention de la communauté sur les valeurs éducatives de la fête.

L’opération «Créons des masques vietnamiens pour célébrer la Fête de la Mi-automne» permet aux enfants de retrouver le sens originel de cette fête traditionnelle, à savoir celui du partage. -CVN/VNA