Un des jeux de la Fête du tambour des Giay. Photo: Phan Anh/NDEL

Ha Giang (VNA) - La fête du tambour est une activité culturelle traditionnelle des Giay, une ethnie minoritaire vivant dans la commune de Tat Ngà, district de Mèo Vac​ de la province de Hà Giang (au Nord). Cette fête qui est organisée à l’occasion du Nouvel An dure tout le premier mois lunaire.

Les Giay rendent culte au «Dieu» et à la «Déesse» qui sont, selon leur mythe, leurs ancêtres qui les protègent. Ils ​fabriquent manuellement les objets de culte.

Dès la matinée du premier jour du Nouvel An, le sorcier et certains jeunes hommes célibataires apportent un plateau de culte au temple de la Déesse. Ici, le sorcier pratique un rituel pour inviter la Déesse à assister à la fête, et lui demande la permission de prendre le «tambour magique» pour commencer la fête. Ce tambour spécial n’est utilisé qu’une seule fois par an.

Ensuite, le sorcier bat le tambour pour «appeler» les génies, puis remet les baguettes de tambour ​à des jeunes hommes et femmes.

À la suite du rituel, la fête commence avec des jeux folkloriques et des danses au tambour. Les jeunes, en tuniques traditionnelles, dansent autour du tambour et expriment leurs prières pour la nouvelle année.

Selon les Giay, le début du nouvel an est le moment de l’harmonie entre la Terre et le Ciel, entre l’Homme et la Nature, ​tout en étant ​l'occasion ​de chasser l​a malchance et prier pour bénéficier du beau temps, de bonnes récoltes, de la paix et du bonheur.

À travers la fête, l’identité culturelle de l’ethnie des Giay est préservée. Cela contribue par ailleurs à la préservation et la promotion des cultures ethniques du Vietnam.

Outre le facteur religieux, la fête renforce la solidarité au sein de la communauté des Giay et leur apporte une tranquillité d’esprit. -NDEL/VNA