Duong Quynh, instituteur retraité nonagénaire habitant l'île de Ly Son, est le premier à avoir découvert, puis traduit un décret royal datant du XIXe siècle relatif à la flottille de Hoàng Sa (Paracel). Une preuve de la souveraineté séculaire du Vietnam sur ce lieu.

Le vieux décret royal adressé à Dang Van Siêm, à l’époque mandarin administrateur de Ly Son, ordonnait la mobilisation des troupes locales pour rejoindre la flottille de Hoàng Sa et le départ des marins devant rallier l’archipel pour une mission spéciale. La famille de ce mandarin sous la dynastie des Nguyên (1802-1945) l’a précieusement conservé pendant près de trois siècles.

À l'origine, le district insulaire de Ly Son, province de Quang Ngai (Centre), comptait 13 lignées familiales dont les Dang, les Nguyên, les Duong… Chacune d’elles avait un registre généalogique et des papiers secrets qu'elle se transmettait de génération en génération.

Un coffret ouvert tous les 20 ans


Les Dang ont préservé leurs documents ancestraux dans un vieux coffret verrouillé à clef. «La tradition de la famille veut que le coffret soit gardé avec précaution par un homme de confiance, et ouvert tous les vingt ans de l’année se terminant par un chiffre 9, en présence des personnages éminents de la lignée», confie Dang Lên, un descendant de six générations de l'ex-mandarin Dang Van Siêm. «En mars 1979, un Chinois se faisant passer pour un agent de l'État vietnamien est venu à Ly Son pour collecter les registres généalogiques des treize lignées familiales habitant cette île, ainsi que tous les papiers relatifs à l'archipel de Hoàng Sa. Plusieurs familles les lui ont remis. Chargé par mon grand père Dang Van Ngac avant sa mort de garder le coffret ancestral, j'ai refusé», raconte-t-il. 

Un decret royal sur la flottille de Hoang Sa refait surface hinh anh 1
Le décret royal datant du XIXe siècle relatif à la flottille de Hoàng Sa est conservé par les Dang.

En avril 1999, la famille des Dang a décidé d'ouvrir son coffret contenant des papiers écrit en nôm (écriture démotique sino-vietnamienne). Pour les traduire en quôc ngu (vietnamien latinisé), Dang Lên a sollicité le service de Duong Quynh, un instituteur retraité habitant Ly Son. Âgé actuellement de 95 ans, ce dernier était connu depuis sa jeunesse pour ses connaissances approfondies en chinois et français, grâce auxquelles il a aidé plusieurs familles à traduire leur registre généalogique en quôc ngu.

Le sceau rouge du roi Minh Mang


«Parmi les archives, j'ai découvert un décret royal frappé du sceau rouge du roi Minh Mang (1791-1841)», se souvient Duong Quynh. Conscient de son importance, il l'a vite traduit «dans la même nuit, sous la lumière voilée d'une lampe à pétrole, devant l'autel des ancêtres des Dang». L'instituteur retraité a conseillé à la famille des Dang de le conserver en lieu sûr, car «il pourrait un jour servir de preuve irréfutable pour le bien de la Patrie».

En 2009, après avoir ouvert le coffret ancestral, la famille des Dang a décidé d'informer les autorités de Quang Ngai de l’existence du vieux décret royal. Une délégation des cadres des services compétents conduite par le Docteur Nguyên Dang Vu y fut envoyée afin de ramener le papier après analyse. «Le transport s'est déroulé en toute sécurité, se rappelle Duong Quynh. Le vieux papier a été mis dans une valise étanche transportée par le Docteur Nguyên Dang Vu lui-même, assis dans une cabine spéciale du bateau surveillée par des policiers !».

Auparavant, en 1979, en traduisant en quôc ngu le registre généalogique de la lignée familiale des Nguyên, Duong Quynh a découvert parmi les vieux documents un acte de vente en nôm, attestant de la vente d’une portion de ses terres afin d’avoir de quoi acheter des bateaux et des vivres pour les marins de la flottille de Hoàng Sa.

Interrogé sur ses sentiments lors de la découverte, le nonagénaire a déclaré d’une voix basse : «Tremblant, affolé puis finalement ravi !". Et d'expliquer : "Jusque-là, l'histoire des marins de la flottille de Hoàng Sa était racontée par les habitants de Ly Son. Ces preuves écrites n’ont fait que conforter cette tradition orale».

Ly Son en chiffres et en faits

Faisant partie de la province de Quang Ngai (Centre), le district insulaire de Ly Son, d’une superficie totale de 9,97 km², est formé de trois îles : Cu Lao Ré (ou Ly Son), Cu Lao Bo Bai et Hon Mu. Il est peuplé par 20.460 habitants vivant essentiellement de la pêche et de la culture de l’ail. Ces îles sont les vestiges d’un volcan formé entre 25-30 millions d’années. Des fouilles archéologiques y ont démontré des traces de la Culture de Sa Huynh (entre 1.000 ans avant notre ère et 200 ans après).

Au XVIIe siècle, les seigneurs Nguyên ont créé la flottille de Hoàng Sa dont les marins étaient recrutés parmi les habitants de Ly Son. Cette flottille avait une triple tâche : exploiter des produits halieutiques, récupérer des marchandises depuis les bateaux de commerce étrangers échoués dans la zone maritime de l’archipel de Hoàng Sa et y défendre la souveraineté nationale. Pendant la guerre américaine (1954-1975), l’île a servi de base à la Marine américaine pour installer des radars de veille à grande distance. Actuellement, gérés par la Marine du Vietnam, ces radars sont toujours en activité. – VNA