Hanoi (VNA) - Le sport vietnamien peut se féliciter de compter dans ses rangs de nombreux jeunes en devenir. Portrait de trois sportifs ayant obtenu de grands succès en 2015 et qui devraient encore faire parler d’eux cette année.

Nguyên Lê Câm Hiên, 9 ans seulement, mais promis à un bel avenir. Photo : CTV/CVN


Câm Hiên, championne du monde d’échecs

Née en 2007 à Quang Ninh (Centre), Nguyên Lê Câm Hiên est la fille du grand maître international d’échecs Nguyên Anh Dung et du maître international féminin Lê Phuong Liên. Câm Hiên a fait ses preuves très tôt dans la discipline.

À l’âge de trois ans, l’ensemble des pièces de l’échiquier n’avaient déjà plus aucun secret pour elle. Puis deux ans plus tard, elle a suivi un cours dédié aux enfants doués pour ce jeu dans sa province natale. Elle pouvait alors compter sur un entraineur très particulier puisqu’il s’agissait de son père.

Dès sa première participation aux Championnats d’Asie d’échecs des moins de six ans, disputés en 2013 à Sari, Mazandaran (Iran), Câm Hiên a fait forte impression en remportant à la surprise générale une médaille d’or en blitz. Et sa performance ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle a décroché deux médailles d’argent (en standard et en blitz) face à de nombreux participants venus de Chine, d’Inde et d’Iran.

En 2015, la jeune Vietnamienne a surclassé sa catégorie avec à son actif plusieurs tournois internationaux. Et en novembre dernier, elle a signé sa plus grande victoire en Grèce en décrochant le titre honorifique de championne du monde d’échecs chez les juniors.

À l’école, Câm Hiên est l’une des meilleurs élèves. Cependant, ses parents la décrivent comme quelqu’un de sensible et qui adore jouer avec le robot-chat Doremon.

Phuong Trâm, nageuse d’exception


Phuong Trâm a hérité d’un don pour devenir une excellente nageuse. Photo : CTV/CVN

Nguyên Diêp Phuong Trâm est peut-être le deuxième nom le plus connu au sein de la natation vietnamienne, derrière l’incontournable Nguyên Thi Anh Viên. En 2014, elle a raflé cinq médailles d’or et a battu dans le même temps quatre records d’Asie du Sud-Est lors des championnats juniors de natation d’Asie du Sud-Est, chez les moins de 13 ans.

Et un an plus tard, elle a connu un succès sans précédent puisqu’elle a remporté au total 13 médailles, dont neuf d’or, lors de l’édition 2015 de ces championnats, avec cinq records à la clé dans différentes épreuves chez les 14-15 ans.

Aux championnats du Vietnam de natation disputés en octobre dernier, elle a établi, en 27 sec 60’’, un nouveau record national chez les dames sur le 50 m papillon, améliorant de sept centièmes la marque précédente détenue par Nguyên Thi Anh Viên.

Nguyên Diêp Phuong Trâm a aussi fait parler d’elle en dominant de grands noms de la natation vietnamienne pour empocher le titre du 50 m nage libre dames. Créditée d’un chrono de 26 sec 37’’, elle a pulvérisé son meilleur chrono sur la distance (27 sec 60’’). À souligner qu’elle y a raflé un total de 12 médailles, avec deux titres.

Dang Anh Tuân, entraîneur de la nageuse Anh Viên, ne cache pas son étonnement. «Quand elle avait 14 ans, Anh Viên était moins performante que Phuong Trâm», partage-t-il.

Selon les responsables du Département général de l’éducation physique et des sports, Phuong Trâm bénéficiera de la politique d’investissement appliquée par les instances sportives nationales dans l’optique de lui donner toutes les chances de briller au plus haut niveau. Elle espère percer aux Jeux d’Asie du Sud-Est 2017.

Thanh Hâu, l’un des piliers du club HAGL

Le milieu de terrain Phan Thanh Hâu est le chef d’orchestre du club HAGL. Photo : CTV/CVN

Enfin, le milieu de terrain Phan Thanh Hâu a lui aussi fait ses preuves très tôt. Il est l’un des jeunes joueurs formés au Centre de formation HA.GL-Arsenal JMG Academy. En 2014, âgé de seulement 17 ans, Thanh Hâu a été convoqué avec la sélection nationale U19 pour participer à la phase finale de la Coupe d’Asie de football des moins de 19 ans, disputée au Myanmar. Là-bas, il a confirmé tout le bien que l’on pensait de lui, et il a apporté sa touche technique à l’équipe.

Thanh Hâu a même tapé dans l’œil du quotidien anglais The Guardian. Son nom figure en effet parmi les 40 meilleurs espoirs du football en 2014. Seulement cinq footballeurs d’Asie ont eu le privilège de faire partie de ce classement.

L’an dernier en V-League, Thanh Hâu a profité de la confiance de son coach français Guillaume Graechen pour obtenir du temps de jeu. Grâce à ses bonnes performances, il est devenu un cadre essentiel du club Hoàng Anh Gia Lai. -CVN/VNA