Hanoi, 31 janvier (VNA) - Lors de la vente aux enchères de Ly Thi Auction le 13 janvier, plusieurs tableaux de peintres vietnamiens ont été adjugés vendus pour plus d’une trentaine de milliers de dollars.

 

Le tableau « Les fleurs dans un vase » de Lê Phô. Photo : BTC/CVN

Ainsi, les œuvres de Lê Phô, Vu Cao Dàm continuent de se vendre à des prix incroyablement élevés. C’est le cas du tableau "Les fleurs dans un vase", vendu pour 54.000 dollars.

Aujourd’hui, dans les salles de ventes aux enchères étrangères telles que Christie's, Sotheby's, Larasati ..., les noms de peintres vietnamiens tels que Lê Phô, Vu Cao Dàm, Nguyên Gia Tri sont cités aux côtés de maîtres indonésiens comme Afandi, Gunawan …

En avril 2017, le tableau "La vie de famille" de l'artiste Lê Phô a été vendue aux enchères Sotheby's Hong Kong pour près de 1,2 million de dollars.

D’où vient la bonne réputation des peintres indochinois?

Selon Ly Bich Ngoc, le propriétaire de Ly Thi Auction, le marché de l'art est aussi un lieu propice aux investissements financiers.

Par exemple, le tableau "Kim Trong - Thuy Kiêu" (Idylle) de Vu Cao Dàm attirent beaucoup de collectionneurs de toiles...  surtout depuis que l'œuvre a été vendue dans une galerie française en 1963.

Mme Ngoc a expliqué que le prix des peintures de Lê Phô, Vu Cao Dàm ... est reste élevé parce que ces peintres vivaient à l'étranger et que leurs peintures étaient vendues dans des galeries professionnelles occidentales.

Une vague d'investissement pour les vieux tableaux ?

Actuellement, tous les signaux sont au vert pour les beaux-arts du Vietnam. Certaines toiles de peintres contemporains ont été commandées pour une somme comprise entre 120 000 - 250 000 dollars.

Le marché luxuriant des toiles de maître des années 30, 40 est l’objet de milliards d'investissements : quand les artistes meurent, le prix de leurs œuvres reste relevé.

Le peintre Nguyên Lâm a déclaré : "Il est vrai qu'il y a beaucoup d'investissements potentiels pour les œuvres de nos peintres de la génération des années 1930, ou 1940. Je pense que le marché de l'art vietnamien dans les cinq prochaines années sera très différent".

En plus, certains collecteurs vietnamiens achètent des peintures (comme celles de Lê Phô, Vu Cao Dam, Mai Trung Thu, Nguyên Phan Chanh) pour des milliers de dollars à l'étranger... puis les ramènent au Vietnam.

"Les galeries étrangères savent valoriser durablement les peintures que les clients possèdent. Ils bénéficient également des politiques de soutien pour pouvoir les exposer dans les musées, et aider les collectionneurs à vendre les œuvres qu’ils possèdent. Le prix des peintures ne dépend pas seulement du talent de l'artiste, mais aussi d'autres facteurs liés au marché" a indiqué Ly Bich Ngoc, le propriétaire de Ly Thi Auction. - CVN/VNA