Le professeur associé, docteur Luong Ngoc Khue, directeur du Fonds de prévention et de lutte contre les effets nocifs du tabac.

Hanoi (VNA) – Mardi après-midi, à Hanoi, le ministère de la Santé et le Fonds de prévention et de lutte contre les effets nocifs du tabac ont tenu une réunion avec les organisations internationales de lutte contre le tabagisme.
 
Cette réunion a vu la présence de Mme Kenlly Henning, directrice chargée des programmes de la santé mondiale du Fonds Bloomberg Philanthropies, des experts venus de l’organisation Heath Bridge, de l’Union de prévention et de lutte contre les effets néfastes du tabac, de l’Organisation mondiale de la Santé…
 
Auparavant, Mme Kenlly Henning et les experts internationaux ont eu une rencontre avec la ministre de la Santé Nguyen Thi Kim Tien et ont assisté au séminaire sur les effets de la hausse de la taxe sur le tabac pour la santé des femmes et des enfants, organisé mardi matin à Hanoi par l’Union des femmes du Vietnam, en collaboration avec le Fonds de prévention et de lutte contre les effets nocifs du tabac.
 
Selon le professeur associé, docteur Luong Ngoc Khue, chef du Département de la gestion de la consultation et du traitement des maladies, directeur du Fonds de prévention et de lutte contre les effets nocifs du tabac, le Vietnam compte actuellement un réseau de lutte anti-tabagisme dans 63 villes et provinces du pays.
 
La consommation de tabac constitue la première menace pesant sur la santé publique et le développement durable du pays. En effet, au Vietnam, le taux de jeunes fumeurs reste très élevé comparé au reste du monde.
 
Le Vietnam figure parmi les pays ayant rapidement ratifié la Convention cadre sur le contrôle du tabac comportant l'engagement de « Protéger les générations actuelles et futures des effets nuisibles sur la santé, l'environnement et l'économie causés par le tabagisme actif et passif ».
 
Cependant, le Vietnam figure actuellement dans la liste de 15 pays détenant les tristes records du taux les plus élevés de fumeurs de la planète. Il compte annuellement plus de 40.000 décès de maladies en relation avec le tabac et ceux-ci devraient atteindre 70.000 en 2030 si les mesures de lutte contre le tabac ne sont pas appliquées efficacement.
 
Chaque année, le 31 mai, l'OMS et ses partenaires font la promotion de la Journée mondiale sans tabac, en soulignant les risques sanitaires et autres risques associés au tabagisme et en plaidant en faveur de mesures efficaces pour réduire la consommation de tabac.
 
Ayant pour thème: « Le tabac et les cardiopathies », la Journée mondiale sans tabac 2018 permet de sensibiliser davantage à propos des aspects suivants: le lien entre le tabac et les cardiopathies et autres maladies cardiovasculaires, y compris les accidents vasculaires cérébraux, qui, ensemble, constituent la principale cause de décès dans le monde, les comportements individuels efficaces ainsi que les mesures que les pouvoirs publics peuvent mettre en place.
 
Lors de la réunion, les experts ont discuté de la mise en ouvre de la loi sur la prévention et la lutte contre les effets nocifs du tabac au Vietnam, dont l’inspection et le règlement des infractions à la loi, la durabilité du programme de prévention et de lutte contre le tabagisme… -VNA