L’ambassadeur Pham Hai Anh, chargé d’affaires de la mission du Vietnam auprès de l’ONU.

New York (VNA) - L’ambassadeur Pham Hai Anh, chargé d’affaires de la mission du Vietnam auprès de l’ONU, a exprimé son inquiétude devant les évolutions inquiétantes, notamment les conflits meurtriers, et la situation humanitaire préoccupante dans la bande de Gaza.

Prenant la parole lors d’un débat du trimestre sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, organisé le 29 avril par le Conseil de sécurité de l’ONU, Pham Hai Anh a souligné que le Vietnam condamnait tous les actes de violence visant les innocents  et s’inquiétait de l’utilisation d’armes excessive, de l’élargissement de la région d’installation d’Israël  ainsi que des lancements de missiles à partir de Gaza contre des civils. 

«Le Vietnam appelle les parties à faire preuve de retenue, à éviter les actes d’aggraver les tensions et demande au gouvernement israélien et à l’autorité palestinienne d’agir plus rapidement afin de prévenir une détérioration accrue de la situation humanitaire.», a-t-il déclaré.

Selon le diplomate, une solution juste, complète et durable à ce conflit passe par la reprise rapide d’un dialogue et de négociations constructifs conformément au droit international, la restauration du rôle de l’autorité palestinienne et la levée du blocage d’Israël.

Le Vietnam continue d’affirmer son soutien à la lutte juste du peuple palestinien pour ses droits sacro-saints, affirmant que les « deux Etats » est la mesure unique pour ce conflit et demandant à la communauté internationale d’accélérer les efforts communs pour soutenir les parties dans la mise en œuvre des négociations pour parvenir à une solution juste, complète et durable, conformément à l’aspiration des Israéliens et Palestiniens, a-t-il dit.

Présent au débat, les représentants de pays participants ont exprimé leur inquiétude sur l’escalade des tensions et la grave crise humanitaire dans la bande de Gaza, appelant les parties de respecter les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, de conjuguer les efforts pour régler la situation, de reprendre plus tôt les négociations et de s’orienter vers la mesure de «deux Etats ». -VNA