Hô Chi Minh-Ville (VNA) – Sachant que les vaccins contre la rage étaient en rupture de stock, beaucoup de gens se sont précipités pour se faire vacciner, provoquant une croissance inattendue de la demande. Le 10 avril, certaines unités de vaccination de Hô Chi Minh-Ville étaient revenues à une situation normale.
 
L'OMS a recommandé que les gens mordus par un animal domestique soient vaccinés dès que possible pour les protéger de la rage. Photo : CVN
Au Centre de vaccination principal (VNVC), ces derniers jours, de nombreux patients de Hô Chi Minh-Ville, Binh Duong, Dông Nai ou Long An sont venus se faire vacciner contre la rage. Au lieu des 30 à 50 patients quotidiens, on en a recensés en moyenne entre  70 et 80/jour. Un représentant du centre a informé d’une pénurie en doses de vaccin Verorab (fabrication française).

Actuellement, ces doses sont réservées principalement aux clients qui en ont un besoin urgent ou qui sont considérés comme prioritaires. Cette unité dispose aussi d’environ 1.000 doses de vaccin Abhayrab (fabriquées en Inde).

Le directeur de l'Hôpital des maladies tropicales, Nguyên Van Vinh Châu, a informé qu’après un certain temps de pénurie, l'hôpital a reçu 400 doses. Il est actuellement la seule unité disposant des vaccins Verorab, alors que même l'Institut Pasteur de Hô Chi Minh-Ville est en rupture de stocks. Le vaccin Abhayrab, en revanche, est encore abondant à cet Institut.

La docteure Nguyên Minh Ngoc, chef-adjointe de la Faculté analyse - biologie clinique - de l’Institut Pasteur de HCM-Ville, a informé que selon les recommandations de l’OMS sur la vaccination contre la rage, dans un contexte de force majeure, les patients peuvent remplacer un vaccin précédent par un vaccin semblable ayant les mêmes substances. 

Il existe des vaccins sûrs, efficaces et financièrement abordables contre la rage canine.
Actuellement le Vietnam dispose des vaccins Verorab et Abhayrab fabriqués selon la même technologie cellulaire moderne, que les patients puissent les utiliser en alternance.

Une personne mordue par un chien enragé conserve une chance de survie si la plaie est immédiatement nettoyée avec le plus grand soin, à grande eau et au savon, et si une prophylaxie post-exposition adaptée est mise en place à temps. 

Une vaccination préventive contre la rage peut être pratiquée chez les personnes qui sont fréquemment en contact avec des animaux domestiques ou sauvages. De plus, la surveillance est un fondement important pour comprendre les tendances et orienter les actions visant à éliminer la rage. – CVN/VNA