Hanoi, 4 juillet (VNA) - La Fondation Pierre Fabre, en collaboration avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), vient d’organiser le 2 juillet une conférence de l’Observatoire de l'e-santé dans les pays du Sud, dont à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville.
 
La conférence 2018 de l’Observatoire de l'e-santé dans les pays du Sud, le 2 juillet à Tarn, France. Photo: AUF/CVN

Ayant pour thème "E-santé: des expertises locales pour un développement global", la conférence 2018 de l’Observatoire de l’e-santé dans les pays du Sud était consacrée au développement de nouvelles technologies pour améliorer l’accès aux soins et aux médicaments de qualité en faveur des populations les plus démunies.

L’AUF, partenaire de l’Observatoire, a retransmis en direct et à travers le monde via ses Campus numériques francophones (CNF) la conférence qui s’est tenue au siège de la Fondation à Lavaur (Tarn, France). En Asie du Sud-Est, il était possible de la suivre depuis les CNF de Hanoï, de Hô Chi Minh-Ville, de Phnom Penh et de Vientiane, qui ont permis aux étudiants de participer aux débats.
 
Rapport annuel de la Fondation Pierre Fabre pour l’Observatoire de l'e-santé dans les pays du Sud.

Photo: Dang Duong/CVN



À Hô Chi Minh-ville, 15 participants (étudiants, professionnels de santé et enseignants) ont discuté et puis assisté à la présentation sur place du projet e-santé par Trinh Huê "Amélioration de la santé des femmes des minorités ethniques au Vietnam".
 
Visioconférence aux Campus numériques francophones partenaire (CNFp) de Hanoï de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

Photo: Dang Duong/CVN



L’évènement a cherché à exploiter les potentiels numériques dans la couverture sanitaire universelle. Les intervenants ont discuté du rôle des acteurs internationaux et des politiques nationales dans l’accès aux soins et dans l’utilisation d’outils e-santé positionnés au croisement des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les pays du Sud, et particulièrement dans les zones où règne une pénurie de personnel et d’infrastructures.

Surtout, la conférence a voulu confirmer le rôle de l'e-santé qui permet de pallier certaines barrières comme le coût, l’accès ou encore le manque de qualité des soins et d’étendre la gamme des services proposés.
 
Visioconférence au CNF de Hô Chi Minh-Ville de l'AUF.

Photo: AUF/CVN



À cette occasion, la Fondation Pierre Fabre a récompensé et présenté six projets de l'e-santé lauréats 2018 qui viennent d’ONG, de startup, d’entreprises sociales et de structures publiques. Ce sont: "Lutte contre la tuberculose au Cambodge" (Operation ASHA), "Destigmatisation, Diagnostic et prise en charge de l’épilepsie en Guinée Conakry" (Guinea Epilepsy project), "Service d’urgence pour les premiers soins des victimes de la route au Bangladesh" (TraumaLink), "Suivi cardiologique au Cameroun" (Africa Cardiac Care), "Surveillance du paludisme en Inde" (MoSQuIT), "Sécurité transfusionnelle au Lesotho" (Blood Safety Strengthening Programme).

À la fin de la séance, une initiative universitaire africaine a été exposée par les professeurs venant des Universités de Bamako, d’Abidjan et Cheikh Anta Diop de Dakar.

Observatoire de l'e-santé dans les pays du Sud, une base de données évolutive

Créé à l’initiative de la Fondation Pierre Fabre, l’Observatoire de l'e-santé dans les pays du Sud est devenu une plate-forme de référence et de mise en réseau des acteurs qui, grâce à l’innovation, apportent des réponses aux défis de l’accès à la santé dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. Il se donne pour missions d’identifier, de documenter, de promouvoir, et d’aider à développer les initiatives e-santé qui améliorent durablement l’accès aux soins et aux médicaments de qualité pour les populations défavorisées.

Aujourd’hui, plus de 120 initiatives sont identifiées, documentées et référencées. Chaque année, lors de sa conférence internationale, des lauréats d’Afrique et d’Asie sont primés, mis en avant et accompagnés pendant un an par la Fondation Pierre Fabre et ses partenaires. - CVN/VNA