Bateau de tourisme sur le lac Ba Bê. Photo: VNA
 
 
Bac Kan (VNA) - Le séjour chez l’habitant ou homestay a aidé des dizaines de foyers du village de Pác Ngòi, district de Ba Bê, province de Bac Kan (Nord), à sortir de la pauvreté. Il a aussi permis de donner une nouvelle image au tourisme local.

Le Parc national Ba Bê (district éponyme de la province de Bac Kan) est célèbre pour sa beauté naturelle, ses montagnes, ses lacs, ses cascades et ses forêts primitives. Localement, il y a beaucoup de sites qui attirent les visiteurs vietnamiens et étrangers comme le lac Ba Bê, situé non loin du village de Pác Ngòi (commune de Nam Mâu).

"Je n’aurai jamais pensé revenir au lac Ba Bê. La première fois que je m’y suis rendu, les services touristiques à Pác Ngòi étaient très rares…", a confié Richard Harold, touriste canadien.

Un écrin de verdure préservé 

Aujourd’hui, les investissements dans les infrastructures touristiques ont contribué à changer la physionomie de Pác Ngòi. "Je suis revenu ici, par hasard. Cette fois, je suis très satisfait de mon séjour", a dit M. Harold.

Situé à une altitude de 150 m au-dessus du niveau de la mer et entouré d’une forêt vierge, le lac Ba Bê est connu depuis longtemps pour sa beauté sauvage. Toutefois, la difficulté d’y installer des infrastructures a freiné le développement touristique.

Pác Ngòi (qui signifie en langue Tày "les bouches du fleuve se jetant dans le lac") est l’un des trois villages touristiques des Tày. Il a conservé encore sa culture traditionnelle dont les maisons centenaires sur pilotis en sont un exemple typique.

"Le tourisme à Pác Ngòi et au lac Ba Bê a beaucoup changé grâce à l’aide de la Banque asiatique de développement (BAD)", a déclaré Nguyên Van Hà, directeur adjoint du Service de la culture, des sports et du tourisme de Bac Kan.

Dans le cadre du projet de développement du tourisme durable de la sous-région du Mékong élargie, la BAD a accordé des crédits à hauteur de 10 millions de dollars pour le soutenir dans cinq provinces du Vietnam dont Bac Kan, Cao Bang (Nord), Quang Binh, Quang Tri et Thua Thiên-Huê (Centre).
 
Le village de Pác Ngòi a développé avec succès le tourisme homestay. Photo: CVN


Avec son soutien financier, les habitants des villages de Pác Ngòi, Bô Lù, Côc Tôc ont mis en place le modèle homestay autour du lac Ba Bê. Ce programme aide les établissements touristiques privés à améliorer la qualité de leurs services afin d’attirer des dizaines de milliers de visiteurs chaque année.

"L’idée que se font les habitants du tourisme a changé. Auparavant, la fourniture des services touristiques de la population était essentiellement spontanée, sujette à l’amateurisme. Après ce projet, cette activité est plus professionnelle", a indiqué M. Hà.

"La population préfère vivre du tourisme plutôt que de l’agriculture", a partagé Ngôn Van Toàn, propriétaire du homestay Khánh Toàn dans le village de Pác Ngòi.

"Les familles aisées ont opté pour le tourisme homestay car elles disposent de larges espaces et ressources humaines. Quelques autres  participent à la fourniture de services et de marchandises et à l’organisation de programmes artistiques", a ajouté M. Toàn.   

Encore des défis à relever

Selon les autorités locales, ce type de tourisme a aidé à diminuer le taux de foyers pauvres, de 50% à 12%.

Ces dernières années, le nombre de touristes à Pác Ngòi et au lac Ba Bê a connu une forte croissance. Mais cet afflux de visiteurs menace le développement durable de ce lac et de la région qui l’entoure.

"Pendant la haute saison touristique, le nombre de visiteurs augmente fortement. Pour pallier au manque de chambres, les habitants construisent donc de plus en plus de maisons en dur. Cela a gâté la beauté naturelle et sauvage de cette zone", a informé M. Hà.  

De leur côté, les services de divertissement au lac Ba Bê laissent beaucoup à désirer, incapables de répondre aux exigences des touristes, en particulier des étrangers.

"Dans d’autres lieux, on peut aller à l’auberge afin de boire et de bavarder tard dans la nuit, mais, ici, après 20h00, toutes les lumières sont éteintes. Nous n’avons pas le choix", a confié Kristen Malcolm, touriste canadien.

Selon les autorités locales, pour satisfaire ce besoin, des aménagements sont envisagés dans les espaces communautaires tant à Pác Ngòi que dans d’autres villages autour du lac.-CVN/VNA