Hanoi, 5 décembre (VNA) - À 9h00 du matin, la commune de Long Diên B, district de Cho Moi, province d'An Giang (delta du Mékong) a été surprise par le bruit de grandes machines. En effet, les habitants du village de Long Quê 1 ont commencé à bétonner une nouvelle route - une activité commune devenue une habitude avec le temps.

Des locaux au village de Long Quê 1 en train de construire une route en bétone de Long Diên B, à An Giang (Sud).



Connu grâce à la pagode Xeo Môn, le village de Long Quê 1, commune de Long Diên B, est entouré d’un système de canaux intercalés. Pourtant, la majorité des routes du village sont en terre et ne peuvent supporter une circulation intense. Pour les besoins de la communauté, les habitants locaux, majoritairement des fidèles de la secte bouddhiste Hòa Hao, ont donc décidé au mois d’octobre dernier de construire eux-mêmes des infrastructures pour le village.

"Je m’engage dans toutes les activités communautaires en tant que citoyen et fidèle de la secte bouddhiste Hòa Hao. Nos projets sont transparents, administrativement mais aussi financièrement. Outre les routes, on a également construit ensemble deux nouveaux ponts en béton. Personnellement, j’ai versé de l’argent pour la construction de huit appartements en faveur des démunis du village", a proclamé Dang Thanh Hoài, chef adjoint du conseil d'administration de la secte bouddhiste Hòa Hao de la commune de Long Diên B, district de Cho Moi.

Les constructeurs sont majoritairement des villageois et des croyants de la secte bouddhiste Hòa Hao.

La bétonisation de cette route "d’une longueur de 1.500 m, d’une largeur de 3 m, et d’une profondeur de 12 cm", débutée en octobre dernier dans le village Long Quê 1, était la deuxième de ce genre. Particulièrement, elles sont toutes mises en œuvre grâce à des fonds de solidarité populaire.

"La commune se trouve dans la zone industrielle et touristique de la province. La construction de ces routes rend service à chacun. Cet ouvrage coûte près de 700 millions de dôngs, une somme rassemblée sous forme de contributions de la population s’ajoutant aux aides provinciales, a précisé Nguyên Van Nguyên, président du Comité populaire de la commune Long Diên B. Un tel projet peut coûter plus de 2 milliards de dôngs au budget étatique, donc notre travail va permettre aux pouvoirs publics d’économiser d’énormes sommes".

Les constructeurs sont majoritairement des villageois et des croyants de la secte bouddhiste Hòa Hao.



Plus précisément, cet ouvrage a bénéficié de la contribution d’un donateur de fer (l’équivalent de 250 millions de dôngs), du Comité populaire de Long Diên B (150 millions de dôngs), des habitants locaux (200 millions de dôngs et 4.200 sacs de ciment). Les travaux durèrent trois semaines. Le succès de ce modèle de construction vient sans aucun doute de la générosité des habitants locaux.

Dang Thiên My, le bon samaritain ayant fourni le fer nécessaire pour le projet.


"À mon âge, je n’ai besoin de rien, a partagé Dang Thiên My, le fournisseur de fer, habitant au village de Long Quê 1. Certains adorent voyager, certains veulent goûter les meilleurs plats du monde. Moi je voudrais construire pour ma communauté, pour mes descendants".

"La secte bouddhiste Hòa Hao m’indique comment vivre pour mes ancêtres, pour mon pays, et pour mes communautés. Rien n’est mieux que de participer à des services communaux. Chaque infrastructure mise en place ici, à la direction du Front national de la province d’An Giang, sert à aider les démunis. Voir tout le monde avoir une vie plus confortable, ça nous rend heureux", a confié Dang Thanh Hoà. - CVN/VNA