Chefs des délégations à la table des négociations du TPP, le 2 octobre à Atlanta. Photo : VNA

Les ministres du Commerce des pays parties à l’Accord de Partenariat trans-Pacifique (TPP) ont décidé de nouveau de prolonger leur conférence à Atlanta (Etats-Unis), cette fois jusqu’au 5 octobre (soit le 6 octobre au Vietnam).

La conférence a débuté le 30 septembre et aurait dû s’achever le 1er octobre. Cependant, les participants ont poursuivi les débats jusqu’au 4 octobre au soir sans parvenir à un accord final. A la fin de la journée du 4 octobre, les négociateurs des 12 pays participants n’ont toujours pas levé les derniers obstacles, bien que les désaccords concernant la levée des barrières tarifaires sur les pièces détachées automobiles importées sur le marché nord-américain aient été résolus. En effet, la question liée à l’ouverture du marché par le Canada et les Etats-Unis aux produits laitiers néo-zélandais a surgi et constitué un nouvel obstacle. Les Etats-Unis ont déclaré qu’ils ouvriraient leur marché à condition que le Canada fasse de même. Toutefois, le Canada veut limiter ses importations de produits laitiers pour préserver ses producteurs domestiques, alors que les importateurs ambitionnent plus de 10% des parts de marché au Canada.

Les négociations du TPP regroupent 12 pays : Nouvelle-Zélande, Brunei, Chili, Singapour, Australie, Pérou, Etats-Unis, Malaisie, Vietnam, Canada, Mexique et Japon. Une fois entrée en vigueur, le TPP permettra de créer la plus grande zone de libre-échange dans le monde avec plus de 800 millions de personnes.

Selon des experts, si cette conférence ministérielle à Atlanta ne parvient pas à un accord final, les négociations pourront toujours prendre fin cette année car les négociateurs se reverront en marge du Sommet du forum de Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) prévu mi-novembre aux Philippines. -VNA