Le secrétaire général du Parti communiste du Vietnam (PCV), Nguyen Phu Trong (droite), et le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc (gauche), présents à la séance d’ouverture du WEF ASEAN 2018. Photo : VNA

 
Hanoï (VNA) – Dans le cadre du Forum économique mondial sur l’ASEAN 2018 (WEF ASEAN), une conférence de presse a eu lieu le 12 septembre à Hanoï pour présenter les contenus traités lors de cet événement. 

Le ministre p.i vietnamien de l’Information et de la Communication, Nguyen Manh Hung, a souligné que le WEF ASEAN permettrait de partager des histoires, des expériences nationales, notamment de nouvelles idées favorables à l’accélération du développement de l’ASEAN. Le Vietnam souhaite apporter des initiatives, dont plusieurs concernant les universités, l’assistance des travailleurs et la cybersécurité, pour contribuer à la réduction des écarts dans la région, a-t-il déclaré. 

Selon Anne-Birgitte Albrectsen, directrice exécutive de Plan International, son organisation souhaite que le WEF ASEAN 2018, placé sous le thème « ASEAN 4.0 : Entrepreneuriat et Révolution industrielle 4.0 », aborde des questions liées aux difficultés des jeunes femmes d’affaires migrantes. Actuellement, les femmes ne représentent qu’un tiers des entrepreneurs dans la région de l’ASEAN, ce qui montre des écarts hommes – femmes. Anne-Birgitte Albrectsen a insisté sur la nécessité de nouveaux mécanismes pour soutenir les femmes leaders. 

La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, elle, a affirmé la volonté constante de Séoul de porter les relations avec l’ASEAN à une nouvelle hauteur et d’intensifier la coopération bilatérale, avant d’insister sur les expériences de la République de Corée dans la résolution des défis de la 4e révolution industrielle ainsi que dans le développement des sciences et des technologies. 

Pour sa part, Kevin Sneader, directeur général Monde de McKinsey & Company, a recommandé aux pays membres de l’ASEAN de chercher à augmenter la productivité, à améliorer les compétences des travailleurs et à investir dans les infrastructures pour s’adapter à la révolution industrielle 4.0. 

La ministre indonésienne des Finances, Sri Mulyani Indrawati, a déclaré son espoir que le WEF ASEAN 2018 permettrait d’améliorer la conscience des gens sur la révolution industrielle 4.0, afin qu’ils puissent mieux s’adapter. 

Nazir Razak, président du groupe malaisien CIMB, a souhaité que le WEF ASEAN aide à définir des orientations pour que l’ASEAN puisse s’adapter à la révolution industrielle 4.0, à promouvoir la start-up et l’innovation dans les débats, au service du développement économique en 2018 et les années prochaines. 

L’ASEAN ou l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est a été fondée en 1967. Elle comprend actuellement 10 pays membres : Indonésie, Malaisie, Brunei, Thaïlande, Philippines, Singapour, Vietnam, Myanmar, Laos et Cambodge. -VNA