Hanoi (VNA) – Le taux de pauvreté multidimensionnel (à partir du seuil de pauvreté multidimensionnel du Vietnam) a chuté de 15,9% en 2012 à 9,1% en 2016, ce qui signifie qu’environ 6 millions de personnes ont échappé à la pauvreté, a-t-on appris d’un rapport d’analyse de la pauvreté multidimensionnelle au Vietnam.

Le Vietnam a acquis des réalisations importantes dans la mise en œuvre de l’ODD relatif à la réduction de la pauvreté. Photo : VNA


Cependant, l’écart de pauvreté entre les régions et les groupes ethniques reste un défi majeur pour le Vietnam dans la mise en œuvre réussie de l’Objectif de développement durable 1 (ODD) "éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde".

Il s’agit d’un des principaux contenus du rapport intitulé "Réduction de la pauvreté sous toutes ses formes pour assurer la qualité de vie pour tous", publié conjointement mercredi 19 décembre à Hanoi par le Programme des Nations uies pour le développement (PNUD) et le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales (Molisa), le Comité des ethnies et l’Académie des sciences sociales du Vietnam.

Le rapport affirme également les progrès impressionnants réalisés par le Vietnam dans la mise en œuvre de l’ODD1. Sur les 17 ODD que le Vietnam s’est engagé à atteindre d’ici 2030, l’ODD1 sera le plus faisable.

Les résultats obtenus dans la réduction de la pauvreté a permis au Vietnam de se classer au 57e rang parmi les 193 pays membres des Nations unies en termes de développement durable en 2018, soit un bond de 9 places par rapport à 2017.
Toutefois, la pauvreté persiste dans de nombreuses régions, en particulier dans les celles peuplées d’ethnies minoritaires. Le taux de pauvreté multidimensionnel dans la région montagneuse du Nord et les Hauts Plateaux du Centre sont deux fois plus élevés que la moyenne nationale.

Alors que le taux de pauvreté multidimensionnel en 2016 chez les Kinh, ethnie manoritaire, était de 6,4%, il était beaucoup plus élevé chez certaines autres ethnies minotaires comme les H’mong (76,2%), Dao (37,5%) et Khmers (23,7%).

L’écart de pauvreté en termes de dépenses, de revenus, d’éducation et d’accès à des latrines hygiéniques entre l’ethnie Kinh et les ethnies minoritaires s’est creusé au cours de la période étudiée 2012-2016.

Le rapport montre également que les foyers souffrant de pauvreté multidimensionnelle et ayant des membres handicapés ont moins d’accès à l’éducation et aux chances d’emploi que la moyenne nationale.

Certains délégués ont suggéré qu’afin de réduire l’écart de pauvreté entre les régions et les groupes ethniques, outre l’expansion des services sociaux, la protection sociale généralisée, il faudrait renforcer les capacités des minorités ethniques de faire des affaires, de concert avec l’accès financier, l’incubation des start-up et le développement de débouchés.

Saluant les performances du Vietnam, Caitlin Wiesen, représentante résidente par intérim du PNUD au Vietnam, a estimé que le fait que le Vietnam peut-il continuer à réduire avec succès ou non la pauvreté dépend de sa capacité à assurer une croissance inclusive qui crée de meilleurs emplois pour ses habitants et aide efficacement ceux qui sont laissés pour compte. – VNA