Photo : VNA
 
Bac Giang (VNA) - Au Vietnam, les amateurs de litchis ont leur terre d’élection. Située à une soixantaine de kilomètres au nord de Hanoï, la province de Bac Giang passe en effet pour être la principale productrice du pays.

En ce moment, la récolte est sur le point de s’achever ; et pour ce millésime 2019, les fruiticulteurs ont de quoi se frotter les mains : par rapport à l’année dernière, les prix ont doublé…     

Si vous allez au marché aux litchis de Luc Ngan ces jours-ci, vous serez sans doute surpris du calme qui y règne. Mais ce calme n’est qu’apparent. Il suffit en fait de se rendre directement dans les vergers pour retrouver trace d’un négoce quelque peu fiévreux. Il faut dire que la récolte va sur sa fin et que l’offre ne suffit plus à répondre à la demande… Cela étant, tout ce qui est rare est cher et en définitive, les commerçants y trouvent leur compte. C’est en tout cas ce qui ressort des propos de Bui Van Canh, lui-même marchand de fruits. 

« Cette année, la demande a grimpé en flèche et ma foi… les prix aussi ! On a notamment reçu beaucoup de commandes en provenance de Chine. Trop, d’ailleurs : on ne peut pas répondre à toute la demande ! », nous dit-il.   
 
Photo : VNA


Ce qui peut avoir du bon, aussi !... A Luc Ngan, les fruiticulteurs ont largement de quoi se réjouir : l’année 2019 aura été particulièrement faste. La production a atteint plus de 90 mille tonnes, et les prix ont battu des records : de 30 à 55 mille, voire 80 mille dôngs le kilo... Quant aux litchis bio, ils frisent l’insolence : 200 mille dôngs (7,6 euros) la dizaine !   

D’après Cao Van Hoan, qui est le vice-président du comité populaire du district de Luc Ngan, cette envolée des prix n’est pas tout à fait due au hasard. Elle est le fruit de méthodes de production biologique qui ont été appliquées à titre expérimental, mais dont le succès ne fait d’ores et déjà plus aucun doute.    

«Ces nouvelles méthodes ont été appliquées sur 20 hectares. Tout est bio et surveillé par des caméras 24h sur 24… Je dois dire qu’a priori, les résultats sont probants, en quantité comme en qualité. Il va falloir bien sûr analyser de près chaque étape du travail, mais si comme je le crois, cette méthode s’avère efficace, elle deviendra la norme pour les années à venir», nous explique Cao Van Hoan.  

Union européenne, Russie, États-Unis, Canada, Japon… Les litchis de Luc Ngan sont actuellement présents dans une trentaine de pays. Mais le service de l’Industrie et du Commerce de la province de Bac Giang est formel : c’est la Chine qui est la première importatrice et visiblement, elle ne regarde pas à la dépense quand il s’agit d’assouvir sa fringale de fruits : 50 mille tonnes, cette année, pour plus de 3.000 milliards de dôngs (plus de 115 millions d’euros), soit deux fois plus que l’an dernier.

2019 est donc un grand millésime, chacun l’aura compris, et en tout premier lieu, les autorités de la province de Bac Giang qui ont su lancer de vastes campagnes de promotion commerciale, notamment dans la province chinoise du Guangxi, et qui savent qu’elles tiennent là les clés du succès.-VOV/VNA