Vue générale de la conférence du 18 septembre à Hô Chi Minh-Ville. Photo : CVN
 
Ho Chi Minh-Ville (VNA) - Le dialogue entre les entreprises de technologies de l'information (TI), d’électronique, et de télécommunications et les autorités municipales a été organisé le 18 septembre à Hô Chi Minh- Ville.

Cette conférence, sous la direction du vice-président du Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, Trân Vinh Tuyên, a été co-orrganisée par le Centre de promotion du commerce et de l'investissement de la ville,  en collaboration avec le Service  municipal de l'information et de la communication, .

Cet événement est organisé annuellement depuis 2002 afin de supprimer les obstacles et d’écouter les opinions des représentants des associations, unions, entreprises du secteur des technologies de l’information, d’électronique et des télécommunications en fournissant des politiques et des solutions pour la ville pour soutenir les entreprises. La conférence a suscité la présence de plus de 120 représentants des industries des technologies de l'information, d’électronique et des télécommunications.

Bien que Hô Chi Minh-Ville, ces dernières années, soit la ville en tête de peloton de la restructuration économique avec des produits de haute technologie, le secteur de l’information, électronique et des télécommunications est une des quatre industries importantes dans les neuf secteurs de services prioritaires de la ville, avec des croissances élevées au cours des cinq dernières années, atteignant 16,5%/an, la production représente plus de 27% du pays. Cependant, il y a encore beaucoup de restrictions.

Lors de la conférence, les représentants des entreprises ont discuté franchement des difficultés et des problèmes liés aux politiques, à la qualité des ressources humaines et au soutien des organismes publics, notamment. On estime qu’il est nécessaire de créer une communauté informatique puissante, ce qui demande un lien solide entre les entreprises. Et les grandes entreprises doivent représenter le fond essentiel en vue de supporter des entreprises de type startups.

Dans le même temps, l'État doit également promulguer de nouvelles règles, politiques et mesures incitatives pour les entreprises en démarrage, en particulier pour créer la confiance des investisseurs. Par ailleurs, il faut assurer les politiques, reconnaître et respecter les solutions et produits des entreprises… car si le prix d'achat des produits est trop bas, les entreprises auront peur d'investir.

Nguyên Xuân Hiên, directeur général d'Ingreetech, souhaite que les projets d'appel d'offres soient plus clairs et plus visibles, car les petites et moyennes entreprises n'ont pas beaucoup d'opportunités de participer aux projets même si elles ont toutes les capacité financières et techniques…en outre, quand  toutes les entreprises participent en même temps, elles auront plus d'options et le coût sera moindre. Cela créera un environnement concurrentiel sain, laissant des priorités aux grandes entreprises.-CVN/VNA