Photo d'illustration: NDEL.

Hanoï (VNA) - L'Organisation des Nations Unies (ONU) ​a approuvé, le 28 novembre, une assistance financière de 4,21 millions de dollars tirée du Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) pour venir en aide 150.000 Vietnamiens, dont 46.973 enfants, victimes des crues et inondations survenues au Centre suite au passage du typhon Damrey.

Le typhon Damrey, frappant, samedi 4 novembre, des provinces centrales du Vietnam, est accompagné de pluies torrentielles ​atteignant des cumuls de 500 à 700 mm. Ces pluies ont démoli des milliers de maisons et endommagé des centaines d’autres. Des milliers de bateaux de pêche ont été coulés. De nombreu​ses infrastructur​es ont été détruites. Une large superficie de riz et de cultures maraîchères sont sous l’eau. Les pluies torrentielles continuelles ont fait monter les cours d’eau, isolé de nombreuses localités et bloqué la circulation. Environ 4,33 millions de personnes ont été touchées, dont 400.000 personnes nécessitent des aides humanitaires d'urgence.

Ce​tte aide permettrait aux organes onusiens de renforcer ​des activités humanitaires ​en faveur des personnes en besoin, telles que l'alimentation en eau potable, l'assainissement de l'environnement, la sécurité alimentaire et ​les moyens de substance, et la réparation des logements.

Le coordinateur résident de l’ONU au Vietnam, Kamal Malhotra, a fait savoir que le CERF des Nations Unies avait pris en compte les besoins de secours urgents et d’autres interventions importantes auprès des sinistrés vietnamiens dans les six mois prochains. Ce fonds, en coordination avec le Comité national de prévention et de contrôle des catastrophes naturelles, la Croix-Rouge du Vietnam et d'autres partenaires, multipliera les activités de soutien afin d’aider les sinistrés à revenir à la vie normale .

Selon les Nations Unies, le traitement des conséquences causées par le typhon Damrey nécessitera 60,48 millions de dollars, durant les douze mois prochains, pour répondre aux besoins à court et à moyen terme, ainsi que pour renforcer la résilience des habitants victimes de ces catastrophes naturelles. -NDEL/VNA