Mexico (VNA) - Plusieurs partis politiques, organisations et amis mexicains ont salué le jugement final rendu le 12 juillet par la Cour permanente d'arbitrage (CPA) dans le contentieux qui oppose la Chine aux Philippines en Mer Orientale, le considérant comme une décision juste pour les nations qui sont en train de lutter pour leur souveraineté légitime.

Alberto Anaya Gutierrez, secrétaire général du Parti du Travail mexicain. Photo: VNA

Alberto Anaya Gutierrez, secrétaire général du Parti du Travail mexicain (PT), a affirmé que la décision de la CPA a apporté la raison et la vérité aux pays luttant pour leur souveraineté légitime, tels que les Philippines, l'Indonésie, la Malaisie et le Vietnam.

Selon lui, le jugement final de la CPA est totalement positif et la cour internationale a suffisamment d'arguments pour apporter la justice au Vietnam ​concernant sa souveraineté pour les archipels de Truong Sa (Spratly) et de Hoang Sa (Paracel).

"Hoang Sa et Truong Sa sont toujours une part du Vietnam. Cela doit être respecté", a-t-il affirmé.

Pour sa part, le président de l'Institut d'amitié et de coopération Mexique-Vietnam, Felix Castellanos, a demandé aux parties concernées, notamment la Chine, de respecter le jugement de la CPA.

Alberto Anaya et Felix Castellanos se sont engagés à faire tout ​leur possible pour resserrer les relations d'amitié et de coopération multiforme entre le Vietnam et le Mexique.

En Inde, l'ancien vice-amiral indien Shekhar Sinha, également expert sur les questions internationales, a affirmé que le jugement final de la CPA de La Haye était totalement judicieux, selon la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM).

Cette décision vient rejeter la déclaration chinoise ​de "droits historiques" et sa revendication de la "ligne en neuf traits". Shekhar Sinha a déclaré son espoir que les parties concernées respecteront ce jugement, la liberté de la navigation maritime et aérienne, ainsi que les activités commerciales et de prospection pétrolière en Mer Orientale.

Selon lui, les pays membres de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) devraient organiser rapidement une réunion et demander à la Chine de participer aux dialogues et accepter une approche commune. -VNA