Hanoi, 5 février (VNA) - Le Têt traditionnel (Têt Nguyên Ðán), la fête la plus importante de l’année, est attendu par tous les Vietnamiens. Une débauche de couleurs, d’achats, de plats... Si les modalités des réjouissances peuvent parfois être modifiées, leur essence profonde se perpétue.

Feux d’artifice lors de la nuit du Réveillon. Photo: VNA

Le printemps est la saison des festivités, et pour cause, c’est le moment du Nouvel An lunaire, qui est célébré dans tout le pays. Si la fête du Têt commence par la nuit du Réveillon, son esprit se fait déjà sentir dans toute la semaine qui la précède.

Frénésie d’achats

L’habitude d’achats à l’occasion du Têt remonte à une époque lointaine. En effet, autrefois, à l’approche du grand jour, les gens allaient au marché pour faire leurs emplettes. Outre les provisions alimentaires, beaucoup d’autres articles devaient également être achetés: vêtements, bijoux, chaussures, cadeaux, objets de décoration intérieure, fleurs, bonsaïs, sans oublier les offrandes pour les ancêtres. À Hanoï, les femmes, en charge de ces tâches, se rendaient dans les rues Hàng Duong, Hàng Buôm, Hàng Cân, Hàng Bac, où étaient vendus tous les produits nécessaires.

Aujourd’hui, les consommateurs choisissent de faire leurs provisions du Têt dans les centres commerciaux ou les supermarchés du fait de la sécurité sanitaire des aliments et des prix avantageux. En outre, ils optent de plus en plus pour l’achat en ligne afin d’économiser du temps.

''Je suis très occupée pour le Têt. C’est pourquoi, je profite de mes temps libres pour acheter les produits nécessaires sur les sites de vente en ligne. Ceux-ci sont très bien achalandés, avec toutes les informations dont on a besoin, illustrées par des photos'', indique Mai Hoa, domiciliée dans l’arrondissement de Long Biên, à Hanoï. 

Têt gourmand

Les fruits confis du Têt d’autrefois étaient très simples, préparés à base de gingembre, courge cireuse, noix de coco, cacahuète, jujube, mandarine, tomate... C’étaient des produits populaires durant la période de l’économie planifiée (avant l’ouverture économique).

Depuis, cela a bien changé. Ainsi, les boîtes de confiseries offrent maintenant de multiples modèles, variantes, parfums et couleurs.

Outre ces boîtes, les consom-mateurs peuvent également choisir parmi une grande diversité de corbeilles de cadeaux.

Bánh chung

Dès l’apparition des bánh chung, tout le monde sait que les festivités du Nouvel An sont proches. Indispensable pour le Têt traditionnel, ce gâteau de riz gluant de forme carrée est ancré dans la culture vietnamienne. Chaque foyer doit avoir au moins un bánh chung à déposer sur l’autel familial pour rendre hommage aux ancêtres.

Autrefois, sa préparation était l’affaire de toute la famille. Quelle joie, pour les enfants surtout, de se réunir autour d’un feu, attendant le moment de goûter le premier bánh chung à peine cuit! Cette facette ''réunion de famille'' avant l’heure poussait la plupart des foyers à cuisiner eux-mêmes le plat. Une tradition quelque peu désuète aujourd’hui puisque la majorité de la population choisit d’acheter des bánh chung dans les magasins, par économie de temps.

Tout feu, toute flamme

Les pétards étaient une tradition vietnamienne à l’occasion du Têt. Auparavant, les familles en brûlaient un chapelet devant la porte de la maison. Néanmoins, pour des questions de sécurité, les pétards ont été interdits. Les feux d’artifice les remplacent la nuit du Réveillon.

Pour les jeunes vivant dans les grandes villes comme Hanoï et Hô Chi Minh-Ville, le Réveillon est l’occasion de sortir, de s’amuser dans les lieux publics et d’admirer les feux d’artifice. ''Chaque année, j’attends la nuit du Réveillon pour les contempler avec mes parents. C’est le meilleur moment de l’année. Cela me rend joyeuse'', partage Linh Anh, élève de l’école primaire Tân Dinh, arrondissement de Hoàng Mai, à Hanoï. 

Traditions bien ancrées

Au Vietnam, le Têt est une occasion pour la famille de se réunir et pour ceux travaillant loin de rentrer au bercail. On se rend souvent chez ses parents, proches et amis pour la réunion ou le repas à la maison.

Cependant, les habitants des grandes villes ont tendance à profiter de plus en plus de ces congés pour voyager, parfois très loin.

Malgré ces changements, de nombreux traits culturels et coutumes d’autrefois restent d’actualité comme les promenades printanières, les lì xì (étrennes glissées dans de petites enveloppes rouges), la calligraphie… Finalement, le Têt traditionnel a su conserver sa signification d’antan. -CVN/VNA