Hanoi (VNA) - Le Vietnam s’attachera à éliminer les goulets d’étranglement et à promouvoir le décaissement et l’utilisation efficace de l’aide publique au développement (APD) et des prêts préférentiels accordés par ses donateurs entre 2018 et 2020.

Le pont de Nhât Tân à Hanoi, un des ouvrages financés par les APD du Japon. Les APD qui ont été accordées au Vietnam ont notablement participé à son développement socio-économique. Photo: VNA

Le plan, récemment approuvé par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc, détaille les orientations pour attirer, gérer et utiliser les APD et les prêts préférentiels auprès de donateurs étrangers pour la période 2018-2020 avec une vision pour 2021-2025.

Selon le plan, le Vietnam continuera à sélectionner et à préparer de bons projets d’investissements publics fondés sur leur efficacité économique, sociale et financière, dont le décaissement s’effectuera après 2020 pour assurer les investissements dans le développement après cette période.

Les dépenses budgétaires excédentaires et la sécurité de la dette publique devraient rester dans les limites tolérées, selon le document.

Les prêts seront destinés aux domaines clés et des projets dépassant les capacités des secteurs public et privé nationaux, tels que les ports fluviaux et maritimes.

Dans le même temps, le Vietnam travaillera sur des mécanismes aidant les entreprises à accéder aux prêts de la Banque mondiale (BM) et de la Banque asiatique de développement (BAD) et à des prêts préférentiels d’autres donateurs sans la garantie du gouvernement afin de mettre en œuvre des projets et programmes sur les énergies renouvelables et l’adaptation au changement climatique.

L’APD et les prêts préférentiels ne seront utilisés que pour investir dans le développement, non pas pour couvrir les dépenses courantes.

Les aides non remboursables seront consacrées à la réduction de la pauvreté, aux affaires sociales, à l’élaboration de politiques sur le développement des institutions et des ressources humaines, au transfert de connaissances et de technologies, à la réduction des risques de catastrophes naturelles, à l’adaptation au changement climatique et aux projets d’infrastructure à technologies complexes.

Les domaines prioritaires des prêts sous forme d’APD comprennent les soins de santé, l’éducation, la formation professionnelle, l’adaptation au changement climatique, la protection de l’environnement et les infrastructures de transport essentielles et à grande échelle, sans possibilité de générer des revenus.

Les prêts préférentiels seront privilégiés pour les projets d’infrastructure à grande échelle pouvant générer des revenus.
Le chef du gouvernement envisagera d’attribuer des prêts préférentiels à des programmes et projets spécifiques qui ne sont pas en mesure de générer des bénéfices.

Au cours de la période 2021-2025, les prêts étrangers seront dédiés aux projets à haute efficience économique économique et sociale, contribuant à stimuler la croissance parallèlement au développement durable, notamment dans les infrastructures et l’agriculture intelligente.

La priorité sera accordée aux projets de lutte contre le changement climatique et d’amélioration de la qualité de l’environnement, de l’éducation, des soins de santé, des technologies et des compétences.-VNA