New York (VNA) - Étant un pays sévèrement affecté par les changements climatiques, le Vietnam s’est évertué à mettre en place des mesures spécifiques face aux risques de catastrophe, notamment pour fournir un enseignement et une formation à la réduction des risques, ainsi que pour mettre en place un cadre de réglementation et des politiques de préparation aux risques.

C’est ce qu’a déclaré Ngo Gia Thuan, premier secrétaire et représentant de la mission du Vietnam auprès de l'ONU, lors du débat sur le développement durable de la Deuxième Commission traite des questions économiques et financières, qui a eu lieu le 9 octobre au siège de l’ONU, à New York.

Selon lui, le Vietnam, fort de cette expérience, a témoigné combien cette question était fondamentale dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable et dans tous les plans stratégiques des entités des Nations Unies. 

D’un autre côté, les pays à faible ou à moyen revenus, qui sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles, devraient bénéficier d’investissements accrus pour le renforcement de leurs capacités de résilience, a estimé le représentant. 

Il a recommandé, en outre, que les responsabilités d’atténuation des risques de catastrophe soient pleinement partagées entre les parties prenantes, publiques et privées.

S’exprimant au nom de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), le représentant des Philippines, Teodoro Lopez Locsin a redit l’engagement de l’ASEAN en faveur de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur les changements climatiques.

Il a exhorté les pays développés à intensifier leurs efforts pour promouvoir des villes résilientes et à faibles émissions de carbone dans les pays de l’ASEAN. -VNA