Hanoi (VNA) – Le Food Safety and Inspection Service (FSIS) du département américain de l’Agriculture a proposé de modifier le règlement sur l’inspection des siluriformes afin d’inscrire le Vietnam, la Chine et la Thaïlande sur la liste des pays éligibles à exporter des siluriformes et produits dérivés aux États-Unis.
 
Le Vietnam exporterait 2 milliards de dollars de pangasius en 2018. Photo: VNA

Le FSIS a avancé cette proposition après avoir examiné les lois, réglementations et systèmes d’inspection vietnamiens mis en œuvre, a fait savoir l’Association des producteurs et exportateurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP).

Il a déterminé que le système d’inspection des poissons siluriformes du Vietnam est équivalent au système établi par les États-Unis en vertu de la Loi fédérale sur l’inspection des viandes (FMIA, pour Federal Meat Inspection Act) et de ses règlements d’application, a-t-elle indiqué.

Selon cette proposition, seuls les poissons siluriformes et leurs dérivés produits dans des établissements vietnamiens certifiés seraient autorisés à être exportés vers les États-Unis. Tous ces produits continueraient à faire l’objet d’une nouvelle inspection aux points d’entrée américains par les inspecteurs du FSIS.

Le 2 décembre 2015, le FSIS a publié la règle finale intitulée «Inspection obligatoire des poissons de l’ordre des siluriformes et des produits dérivés de ces poissons», établissant un système d’inspection obligatoire pour les poissons de l’ordre des siluriformes et des produits dérivés de ces poissons.

Le règlement final a mis en œuvre les dispositions des Farm Bills, les lois agricoles américaines de 2008 et de 2014, qui ont amendé la FMIA, imposant une inspection par le FSIS des poissons siluriformes.

La règle finale prévoit une période de 18 mois, du 1er mars 2016 au 1er septembre 2017, pour permettre à l’industrie américaine des poissons siluriformes et aux partenaires commerciaux internationaux à faire la transition des exigences réglementaires de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA), l’agence anciennement responsable de la surveillance réglementaire des poissons siluriformes, aux exigences réglementaires du FSIS.

Le FSIS a reconnu les documents initiaux des pays étrangers jusqu’à la fin de la période de transition au 1er septembre 2017. Les pays étrangers désireux de continuer à exporter après le 1er septembre 2017 sont tenus de présenter des documents attestant l’équivalence de leur système d’inspection des poissons siluriformes à celui des États-Unis.

Les pays étrangers ayant soumis des documents d’équivalence complets avant le 1er septembre 2017 ont été autorisés à continuer d’exporter des poissons siluriformes jusqu’à ce que le FSIS détermine si leurs systèmes d’inspection des poissons siluriformes sont équivalents au système américain.

Le Vietnam a présenté sa documentation initiale en février 2016, ce qui lui a permis de continuer à exporter des poissons siluriformes pendant la période de transition. En août 2017, le pays a soumis un outil d’auto-évaluation, le questionnaire utilisé par le FSIS pour évaluer l’équivalence du système d’inspection de la sécurité sanitaire des aliments d’un pays étranger.

En août 2017, le Vietnam a demandé au FSIS de procéder à un examen de son système d’inspection des poissons siluriformes et a soumis la documentation nécessaire pour établir officiellement son éligibilité à l’exportation de poissons siluriformes aux États-Unis.

Le FSIS a conclu, sur la base d’un examen de la documentation soumise dans le cadre du processus d’équivalence, que les lois, réglementations, programmes de contrôle et procédures du Vietnam sont équivalents à ceux des États-Unis.

Du 14 au 25 mai 2018, le FSIS a procédé à l’examen du système d’inspection des poissons siluriformes au Vietnam à l’égard de deux organismes de contrôle, un laboratoire, huit établissements de transformation et d’exportation, et deux élevages de pangasius.

Selon le Département vietnamien du Contrôle de qualité des produits agricoles, forestiers et aquacoles (NAFIQAD), cet examen n’a révélé aucune lacune qui représentait une menace immédiate pour la santé publique. Le FSIS a conclu que le système d’inspection vietnamien des poissons siluriformes équivaut à celui des États-Unis.

Les exportations de pangasius vietnamiens durant les sept premiers mois de cette année ont progressé de 19,3%, à près de 1,2 milliard de dollars. La Chine est toujours le premier débouché de pangasius vietnamien avec 289,8 millions de dollars ( 40,6%), devant les États-Unis avec 255,3 millions de dollars ( 15,6%), et l’Union européenne avec 139,1 millions de dollars ( 16,5%). – VNA