Avec sa position actuelle, le Vietnam figure parmi les cinq premiers fournisseurs mondiaux de produits aquatiques. Des produits de qualité tels que la crevette, le pangasius et le thon ont été présents sur les marchés les plus exigeants.

Le secteur de la peche prend le large pour developper l’economie maritime hinh anh 1Grâce à la chaîne d’approvisionnement, la qualité des matières premières apportées à l’usine et à la zone de transformation a été considérablement améliorée (Photo: VNA)

Hanoi (VNA) - Doté d’un littoral s’étalant sur plus de 3.200 km, de plus ‘'un million de kilomètres carrés de territoire maritime ainsi que des milliers d’îles et d’îlots d’une riche biodiversité, le Vietnam possède de ressources abondantes pour développer son économie maritime.

Au cours des 20 dernières années, grâce à une restructuration vigoureuse, le secteur des produits aquatiques a réalisé de grands progrès et est devenu un secteur économique clé.

Lors de la cérémonie de clôture du 8e Plénum du Comité central du Parti du 12e mandat, le secrétaire général Nguyên Phu Trong a mis l’accent sur la stratégie de développement de l’économie maritime. Elle vise à ce que l’économie maritime contribue pour 10% au produit intérieur brut national et la contribution du produit intérieur brut régional des provinces et des villes côtières représentait entre 65% et 70% du produit intérieur brut national d’ici 2030.

Cette résolution est considérée comme une orientation importante pour créer une nouvelle percée pour l’agriculture en général et le secteur des produits aquatiques en particulier dans la stratégie de développement de l’économie maritime.

Exploitation des ressources des fonds marins

Selon un rapport du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, le chiffre d’affaires à l’export des produits aquatiques a augmenté en moyenne de près de 15% par an, passant de 550 millions de dollars en 1995 à 9 milliards de dollars en 2018.

Nguyên Hoài Nam, vice-président de l’Association des producteurs et exportateurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP), a déclaré qu’en 2018, la plupart des produits aquatiques ont enregistré une forte croissance à l’exportation. En particulier, la crevette a rapporté environ 3,58 milliards de dollars, le pangasius 2,26 milliards de dollars; le thon 675 millions de dollars, les mollusques 785 millions de dollars.

Avec sa position actuelle, le Vietnam figure dans le top 5 des fournisseurs mondiaux de produits aquatiques. Des produits de qualité tels que crevette, pangasisus, thon ont été présents sur les marchés les plus exigeants tels que les États-Unis, l’Union européenne, le Japon...

Pour ce qui est du pangasius, Nguyên Hoài Nam a déclaré qu’il s’agissait d’un produit clé. Par conséquent, ces dernières années, de nombreuses entreprises ont été très actives dans la promotion et la présentation aux clients ainsi qu’aux partenaires importateurs afin d’accroître la valeur ajoutée du produit.

En ce qui concerne le thon, en 2018, de nombreux produits transformés tels que le thon en conserve et le thon instantané… ont été commandés davantage par des clients internationaux.

"Cela montre que la tendance des produits à valeur ajoutée est un avantage pour le Vietnam", a déclaré le vice-président de la VASEP.

Parallèlement au développement de l’économie maritime, le secteur des produits aquatiques accorde également une plus grande attention à la connectivité de la chaîne de valeur, afin de contrôler strictement la qualité des produits.

Trân Dinh Luân, directeur général adjoint de la Direction des pêches, a déclaré que dans le plan de restructuration du secteur, la réorganisation de la production et la connectivité constituaient l’une des solutions ciblées et privilégiées.

Par exemple, dans trois provinces telles que Soc Trang, Bac Liêu et Cà Mau, les produits à base de crevette ont montré une chaîne étroite allant de la fourniture de matières premières aux usines de traitement et à la traçabilité du produit.

En outre, pour les produits à base de pangasius, le modèle en boucle fermée des zones de reproduction aux zones d’élevage et aux usines de traitement a également été reproduit.

Comme pour la pêche, des groupes de production et de transformation des produits aquatiques ont été mis en place, le nombre de navires de logistique a augmenté. Avec les produits d’élevage, les matières premières fournies aux usines assurent également la qualité, la quantité et les spécifications.

"Ce fait montre que, tout au long de la chaîne, la qualité des matières premières apportées à l’usine et à la zone de traitement s’est considérablement améliorée", a déclaré directeur général adjoint de la Direction des pêches.

Traitement spécialisé, amélioration de la valeur ajoutée

On voit clairement que le développement de l’économie maritime a créé un élan pour le développement de nombreuses autres industries.

La superficie totale de l’aquaculture en 2018 est estimée à 1,3 million d’hectares, soit 106% de plus que la même période en 2017, la production aquacole prévue étant de 4,3 millions de tonnes, en hausse de 8,3%.

L’année 2018 a également enregistré une croissance remarquable dans le domaine. La superficie consacrée à la pangasiculture a atteint 5.400 hectares et la production atteint 1,42 million de tonnes, en hausse de 8,4% par rapport à 2017.

Cependant, les risques climatiques posent des défis. Ceux-ci incluent la sécheresse, les catastrophes naturelles et l’intrusion saline, ont considérablement affecté la la pêche et l’aquaculture au Vietnam.

Selon Truong Minh Hoang, chef adjoint de la délégation des parlementaires de la province de Cà Mau (Sud), la surpêche a conduit à l’épuisement des réserves, affectant ainsi les moyens de subsistance de nombreux pêcheurs.

Compte tenu de cette situation, il a déclaré que l’État devrait avoir un plan pour la zone de pêche et le temps de pêche, ainsi que mettre en place une réglementation sur les engins de pêche, évitant la destruction des ressources marines.

Le secteur de la peche prend le large pour developper l’economie maritime hinh anh 2À la fin de 2018, on comptait environ 2.445 établissements produisant des variétés de crevette saumâtre, dont 1.855 établissements produisant des crevettes tigrées. Photo: VNA

Promotion des atouts pour une meilleure rentabilité

Actuellement, le Vietnam a signé et participé à de nombreux accords de libre-échange, mais les signes protectionnistes posent de nombreux défis à l’industrie vietnamienne des produits aquatiques.

Nguyên Hoài Nam, vice-président de la VASEP, a déclaré qu’au cours des 10 dernières années, les exigences strictes imposées aux pays importateurs en matière de contrôle de la qualité et de la sécurité des denrées alimentaires obligeaient les entreprises à investir constamment et à contrôler rigoureusement leurs produits, car seule une légère négligence peut entraîner des conséquences imprévisibles.

"Si nous respectons les normes strictes du pays importateur, cela signifie également que la compétitivité des produits vietnamiens continue à augmenter", a ajouté le représentant de la VASEP.

Dans le même temps, Trân Dinh Luân, directeur adjoint de la Direction des pêches,  a noté que pour assurer des produits de qualité uniforme, ainsi que pour fournir suffisamment de matières premières pour la transformation pour l’exportation, des liens entre les zones de production sont essentiels pour promouvoir les applications scientiques et technologiques et améliorer la traçabilité.

Selon le responsable, le secteur des produits aquatiques se concentre sur la science et la technologie pour utiliser au mieux les matières premières disponibles, ainsi que pour transformer des produits à valeur ajoutée.

Les experts estiment qu’étant donné que la méthode d’élevage maritin est encore à petite échelle et que le niveau de production est faible, le Vietnam n’a pas encore pleinement exploité ses ressources aquatiques malgré un potentiel important.

Nguyên Huu Dung, président de l’Association d’élevage marin du Vietnam (VSA), a proposé que, dans le domaine de l’agriculture marine industrielle, les organisations de production "doivent se tourner vers l’océan pour atteindre l’océan, faire face aux tempêtes et surmonter les défis pour pratiquer l’élevage marin"./.