Hanoi (VNA) – Le ministre de l’Information et de la Communication, Nguyên Manh Hung, est monté jeudi 15 août au créneau pour répondre aux questions sur les contenus relatifs à la mise en œuvre des résolutions et conclusions du Comité permanent de l’Assemblée nationale sur la surveillance thématique et l’interpellation depuis le début du mandat jusqu’à la fin 2018.

Le ministre de l’Information et de la Communication, Nguyên Manh Hung, s’explique lors de la séance d’interpellation, le 15 août à Hanoi. Photo : VNA


Après une année que j’assume le poste de ministre, le ministère de l’Information et de la Communication a investi, construit et exploité le Centre national de surveillance de la cybersécurité. Ce centre a pour fonction de surveiller les cyberattaques au Vietnam et surveiller les informations sur le cyberespace, a-t-il fait savoir.

Le centre est doté d’une capacité de traitement de 100 millions d’informations par jour et est capable de classifier et d’évaluer les informations négatives. Auparavant, le taux d’informations négatives sur Internet est évalué à plus de 30%, ce chiffre se situe désormais à moins de 10%, a-t-il indiqué.

Le ministre Nguyên Manh Hung a également évoqué les efforts de s’y prendre aux pages Web étrangères dont les fournisseurs n’ont pas de bureau de représentation au Vietnam, n’ont pas payé d’impôts et ne sont pas soumis à la législation vietnamienne.

Vue de la séance d’interpellation, le 15 août à Hanoi. Photo : VNA

Ces derniers temps, le ministère a été très actif, en particulier avec Facebook qui a répondu à 70-80% des demandes de l’État vietnamien contre environ 30% exigé, Youtube, à 80 - 85% des demandes contre 60% requis, et Apple, à 75% contre 0%.

Il a déclaré que la carte SIM (Subscriber Identity Module ou module d’identité de l’abonné) anonyme est une grande histoire qui ne date pas d’hier. Ces dernières années, le ministère a procédé à la désactivation de ces cartes mais force est de constater qu’elles restent nombreuses dans les chaînes de vente au détail.

D’ici à septembre prochain, les mass media devront s’attaquer à cette question par le rachat par les opérateurs des cartes SIM anonymes pré-activées et commercialisées, faute de quoi, ces opérateurs ne sont pas autorisés à fournir de nouveaux services, a-t-il encore indiqué. – VNA