Quang Ninh (VNA) - La sculpture sur charbon est une particularité du bassin minier de la province de Quang Ninh (Nord-Est). Cet art qui n’a probablement été, au départ, qu’un passe-temps pour quelques mineurs, est devenu un artisanat qui a connu son heure de gloire dans les années 1970. Reportage de "La Voix du Vietnam".

Nous avons aujourd’hui rendez-vous dans la province de Quang Ninh (Nord-Est) pour y découvrir un artisanat pas comme les autres: la sculpture sur charbon.

Dans le petit atelier de Nguyên Tuân Quyêt et de sa femme Nguyên Thi Thanh Binh. Photo : baoquangninh.com.vn

Le petit atelier de Nguyên Tuân Quyêt et de son épouse Nguyên Thi Thanh Binh se trouve dans la ville de Ha Long. Né dans une famille où l’on pratique la sculpture sur charbon depuis trois générations, Nguyên Tuân Quyêt a repris le flambeau alors qu’il n’avait que 14 ans.

De toutes les explications qu’il nous donne, il ressort que le charbon destiné à la sculpture vient uniquement des mines de Coc Sau et de Dèo Nai (dans le district de Câm Pha). Apparemment, il n’y a que là que l’on trouve un charbon suffisamment dur et suffisamment brillant. Nguyên Thi Thanh Binh nous donne plus de précisions.  

«Pour réussir une sculpture sur charbon, il faut choisir un bloc de charbon dur, brillant et lisse», nous explique-t-elle. «Ensuite, on découpe le bloc en lui donnant la dimension souhaitée avant de le sculpter, de l’affiler et de le polir. Toutes ces étapes doivent être faites à la main».

La sculpture sur charbon est apparue à Quang Ninh à la fin du 19e siècle. Au début, elle était une sorte de passe-temps auquel s’adonnaient les mineurs, avant de devenir un métier à part entière, un métier qui a connu son apogée dans les années 1990 avec des hameaux de sculpteurs dans le quartier de Hông Hai et des boutiques dans la rue Lê Thanh Tông, dans la ville de Ha Long.

Mais aujourd’hui, eu égard à la dissolution de la société de fabrication d’objets d’art de Quang Ninh et de la coopérative de Hông Gai, le métier n’est plus pratiqué que par quelques artisans, parmi lesquels Nguyên Tuân Loi, le père de Nguyên Tuân Quyêt.

Des produits de l’atelier de Nguyên Tuân Quyêt et de sa femme. Photo : baoquangninh.com.vn

«Le marché se rétrécit graduellement», constate-t-il. «Le métier risque de disparaître car il ne reste que très peu d’artisans. Il faut vraiment être passionné pour vouloir continuer. Ceux qui le font doivent en tout cas suivre des cours de dessin et de sculpture.»     

À son apogée, l’atelier de Nguyên Tuân Loi comptait une dizaine d’artisans, mais à présent, il n’en reste que deux. Et dans l’ensemble de la province de Quang Ninh, on ne compte plus qu’une dizaine d’artisans.

«Je voudrais que les autorités provinciales nous accordent les fonds nécessaires à la formation de jeunes artisans, pour que ce métier typique de la province de Quang Ninh ne disparaisse pas», nous dit Nguyên Tuân Quyêt.

La sculpture sur charbon est un produit touristique original très apprécié, aussi bien par   les Vietnamiens que par les étrangers. Celles et ceux - nombreux! - qui aiment la région de Ha Long ne peuvent pas imaginer que cet artisanat disparaisse. – VNA