L'ambassadeur de Palestine au Vietnam, Saadi Salama. Photo: VNA
 

Hanoï (VNA) - "L'Autorité palestinienne préconise de choisir des mesures non violentes pour régler les différends israélo-palestiniens", a déclaré à la presse à Hanoï le 19 décembre Saadi Salama, l'ambassadeur de Palestine au Vietnam.

"La Palestine unit ses forces et ses organisations politiques pour chercher une voix commune sur la question", a-t-il dit.

L'ambassadeur palestinien a affirmé que les droits nationaux fondamentaux et les droits de l'homme de la Palestine étaient des réalités politiques et juridiques depuis longtemps selon le droit international.

"La reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël ne représente pas l'opinion de la communauté internationale", a déclaré Salama, réitérant que Jérusalem est une partie inséparable de la Palestine.

"La Palestine se félicite de l'engagement de la communauté internationale en faveur du droit international sur les droits des Palestiniens", a-t-il déclaré.

Le 8 décembre, l’administration américaine a unilatéralement reconnu Jérusalem comme la capitale d'Israël. Le porte-parole du ministère vietnamien des Affaires étrangères a exprimé son inquiétude sur cette décision qui pourrait porter atteinte à la paix et à la stabilité au Moyen-Orient.

Le Vietnam entretient de bonnes relations de coopération et d’amitié avec tous les pays du Moyen-Orient, dont la Palestine et Israël. Le Vietnam salue tous les efforts régionaux, internationaux et ceux des parties concernées en vue de régler pacifiquement les conflits et d’apporter une paix durable au Moyen-Orient, pour l’intérêt et le développement de tous les pays dans la région, contribuant à la paix dans la région et le monde.

Le Vietnam réaffirme sa position constante qui consiste à soutenir la solution à deux États, dont la création d’un État palestinien qui coexistera en paix aux côtés de l’État israélien dans les frontières d’avant 1967.

Le Vietnam estime que toutes les solutions relatives à Jérusalem doivent observer le droit international, a fortiori les résolutions de l’ONU, et faire l’objet d’un consensus des parties concernées. -VNA