La nationale 9. Photo: VOV

Hanoï (VNA) - La nationales 9 relie le Vietnam et le Laos voisin. Axe économique majeur  des échanges frontaliers entre les deux pays, elle a aussi été le témoin des affrontements entre les Américains d’un côté, les Vietnamiens et les Laotiens de l’autre côté, pendant la guerre.

Longue de plus de 300 km, la nationale 9 relie la province vietnamienne de Quang Tri (Centre) à celle laotienne de Savanakhet. Construite par les Français au début du XXe siècle, elle a joué un rôle crucial pendant la guerre contre les Américains. Traversant la cordillère de Truong Son, la nationale 9 était utilisée pour ravitailler les combattants dans le Sud du pays. Les Américains y avaient installé de nombreuses bases militaires pour tenter de couper cette artère d’approvisionnement essentielle pour l’armée vietnamienne. De 1965 à 1972, les forces militaires et civiles vietnamiennes comme laotiennes ont mené de multiples opérations pour maintenir cette voie ouverte. Parmi les exploits militaires perpétués au cours de cette période, on retiendra la bataille de Khe Sanh en 1968 et la campagne de 1971, qui ont contribué à la victoire finale et la réunification nationale en 1975.

Le grand cimetière national de la nationale 9. Photo: VOV


Plus de quarante ans après la guerre, la nationale 9 est devenue un haut lieu de pèlerinage où les anciens combattants viennent revoir leurs anciens champs de bataille et rendre hommage à leurs compagnons d’arme, morts pour la patrie. Un grand cimetière national porte le nom de la nationale 9, cette route devenue le symbole du courage et de l’abnégation, où des dizaines de milliers de civils et de soldats ont laissé leur vie pour libérer le Vietnam et le Laos. Tout au long de cette route historique, se trouvent des lieux d’affrontements dont les noms résonnent encore douloureusement comme le port militaire Cua Viêt, la base militaire Khe Sanh, le village de Vây, la prison de Lao Bao, ou encore l’aéroport de Tà Con. Ces sites sont devenus aujourd’hui des vestiges historiques qui attirent de nombreux touristes. Nguyên Viêt Minh, un responsable du complexe Nationale 9 – Tà Con – Khe Sanh, indique:

«Nous accueillons beaucoup de visiteurs européens et américains, surtout des vétérans de guerre. Nous mettons tout en œuvre pour maintenir en bon état ces sites chargés d’histoire et d’émotion.»  

Les voisins Laotiens conservent également avec soin les monuments et archives relatant l’époque vaillante où ils ont combattu, aux côtés des Vietnamiens, contre les envahisseurs. Pour Bountanitha, président de l’Association des anciens combattants de Savanakhet, la nationale 9 représente l’emblème de l’amitié entre nos deux pays.

«Les militaires vietnamiens ont emprunté la nationale 9, l’axe vertébral de ravitaillement pour rejoindre notre combat contre les envahisseurs. Leur image est gravée à jamais dans notre cœur.»

Témoin hier d’une page héroïque de l’histoire vietnamienne et laotienne, la  nationale 9 est aujourd’hui le maillon essentiel du développement de la sous-région du Mékong. -VOV/VNA