Phu Tho (VNA) - Le petit village de Ngoc Tân est situé dans la commune de Ngoc Quan, rattaché au district de Doan Hung, dans la province septentrionale de Phu Tho. Chaque année, les premier et deuxième jours du deuxième mois lunaire, une fête y est organisée en mémoire des ancêtres et pour solliciter une nouvelle année de paix et de prospérité.

Le village de Ngoc Tân est adossé au mont Dâu. Sa population est exclusivement composée de la minorité ethnique Cao Lan. Au centre du village se trouve la maison communale. Construite en 1803 sous le règne du roi Gia Long et reconnue comme vestige historique et culturel de la province de Phu Tho en 1994, elle est dédiée aux seigneurs de guerre Cao Son, Cao Dai et Cao Dài qui ont aidé le 18ème roi Hùng à combattre les envahisseurs étrangers. Véritable centre culturel, spirituel et social du village, la maison communale  abrite aussi de nombreux reliques et objets dédiés aux rites traditionnels. Trân Ngoc Hoàn, vice-président du comité populaire de la commune de Ngoc Quan, fait savoir:

«Les habitants de Doan Hùng et les touristes aiment venir à la fête du village de Ngoc Tân pour participer aux jeux populaires et notamment à la course sur les échasses, au tir à l’arbalète et à la lutte à la corde. C’est un moment de grande convivialité et de belle solidarité entre les habitants des différentes localités.»

La course sur les échasses est une spécialité de la minorité des Cao Lan. Les enfants apprennent dès leur plus jeune âge à les utiliser. Lors de la fête du village, ils participent naturellement au concours qui consiste à mettre le plus de baguettes possible dans des bouteilles. Nguyên Thi Hông Nhung, du village de Ngoc Tân, indique:

«J’ai appris à marcher sur des échasses quand j’avais 6 ans et que j’étais interne au lycée pour les minorités ethniques. L’important est d’arriver à se maintenir en équilibre.»

Dans le village, les Cao Lan pratiquent aussi le tir à l’arbalète. Nguyên Van Ngoc, de la commune de Ngoc Quan, fait savoir:

«Le tir à l’arbalète n’est pas aussi difficile qu’on pourrait l’imaginer. L’important est de se concentrer, de bien définir la ligne de mire et surtout de ne pas trembler.»


La fête du village de Ngoc Tân se termine toujours par le lancer de la boule d’étoffe. La boule rappelle le culte du soleil et de la lune chez les agriculteurs. Au milieu d’un terrain, on plante une perche en bambou de 13,5m de haut. Au sommet, on attache un cercle d’un diamètre de 50cm sur lequel on tend un papier rouge. Le but est de déchirer le papier rouge à l’aide de la boule d’étoffe. La tradition veut qu’en lançant la boule d’étoffe, la tristesse, le mal, la maladie s’envolent. Lorsqu’ils ont réussi à percer le papier, les joueurs croient que la récolte sera abondante et que l’année à venir sera prospère et heureuse. Sâm Xuân Sinh, le patriarche du village de Ngoc Tân, explique:

«Les villageois jouent à lancer la boule d’étoffe au printemps lors des fêtes et des mariages. C’est l’occasion pour les jeunes de connaître les jeux des minorités ethniques et des Cao Lan.»

La fête terminée, les villageois entament avec enthousiaste la nouvelle année de travail. Les touristes, eux, sont ravis d’avoir partagé des moments uniques avec les Cao Lan.-VOV/VNA