Hanoï (VNA) - Depuis le 1er janvier, conformément à l’Accord de l’ASEAN sur le commerce des marchandises, la taxe d’importation au Vietnam de véhicules de cette région est tombée à 0%, à condition que le taux de localisation soit d’au moins 40%.

La chute des ventes automobiles en 2017 au Vietnam s’explique par le fait que les consommateurs atten-daient début 2018 pour acheter une voiture. C’est en effet le moment où les taxes d’importation frappant les véhicules originaires de l’ASEAN (principalement Thaïlande et Indonésie) sont passées de 30% à 0%.

Honda Vietnam vient d’importer un lot de 1.000 voitures originaires de l’ASEAN en profitant de la taxe de 0% dans le cadre de l’ATIGA. Photo : Haiquan/CVN

Suite à l’Accord sur le commerce des marchandises de l’ASEAN (ATIGA), depuis le 1er janvier 2018, ce droit d’importation est réduit à 0% à condition que le taux de localisation des pièces détachées fabriquées dans le pays soit d’au moins 40%. Ces taxes sont ainsi passées de 40% en 2016 à 30% en 2017 puis enfin 0% en 2018. Honda Vietnam est la pionnière dans l’importation sur le marché vietnamien de voitures produites dans les pays de l’ASEAN. Grâce au tarif fiscal de 0%, elle a annoncé que le prix de vente cette année chuterait de plus de 200 millions de dôngs/véhicule par rapport aux prix appliqués en 2017.

Les rajustements des politiques fiscales et des règlements d’importation d’automobiles par le gouvernement contribueront à redynamiser ce marché en 2018. Suite à l’arrêté N°116 du gouvernement, promulgué à la mi-octobre 2017, les prescriptions sur les conditions de fabrication, d’assemblage, d’importation pour les entreprises vietnamiennes sont officiellement entrées en vigueur le 1er janvier 2018. Ainsi, les entreprises importatrices doivent répondre aux conditions obligatoires suivantes. D’abord, avoir un établissement de garantie, d’entretien des automobiles conforme aux normes édictées. Ensuite, disposer d’une procuration du fabricant étranger, posséder un certificat de qualité du lieu de production. De plus, acheter des composants et accessoires en conformité avec les normes du véhicule, contrôler la qualité d’un véhicule dans chaque lot de véhicules importés. Par ailleurs, fournir une garantie d’au moins deux ans ou de 50.000 km pour les voitures importées d’occasion. Enfin, avoir les papiers officiels d’importation répondant aux prescriptions du gouvernement publiées le 1er janvier.

Les ventes en 2017 n’ont pas atteint l’objectif fixé


Selon l’Association des constructeurs automobiles du Vietnam (VAMA), en 2017, quelque 272.750 véhicules en tout genre ont été vendus sur le marché national, soit une baisse de 10% par rapport à 2016. Concrètement, il s’agissait de 194.960 véhicules assemblés dans le pays (-19%) et de 77.790 importés (+9%).

Les ventes de véhicules de tourisme, commerciaux et “spéciaux” ont diminué respectivement de 15%, 2% et 12%. Aussi, le chiffre d’affaires du secteur automobile national en 2017 n’a-t-il pas atteint l’objectif de croissance d’au moins 10% par rapport à 2016 (qui avait affiché une hausse de 24% par rapport à 2015).

En 2017, quelque 272.750 véhicules en tout genre ont été vendus sur le marché national. Photo : VNA

Selon Luu Manh Tuong, chef du Département des taxes douanières, du Département général des douanes, cette chute est due à trois raisons principales. Primo, voulant acheter des automobiles importées à des prix intéressants, beaucoup de consommateurs vietnamiens ont attendu l’année 2018 pour profiter de la suppression de la taxe d’importation de véhicules provenant des pays de l’ASEAN. Secundo, l’application de la nouvelle méthode de calcul de la taxe sur la consommation spéciale depuis juillet 2016, qui frappe les importations de véhicules finis, a aussi eu des influences sur la décision d’achat des consommateurs. Tertio, afin de soutenir l’industrie automobile nationale, le gouvernement a promulgué en novembre 2017 l’arrêté N°125 sur l’exonération du droit d’importation concernant de nombreuses pièces détachées. Cela a permis de baisser le prix de vente des automobiles assemblées dans le pays.

S’agissant du segment des voitures de luxe, selon des données officielles du Département général des douanes, de janvier à novembre 2017, ce sont les véhicules originaires d’Allemagne, notamment Mercedes-Benz, BMW, Volkswagen, Audi, Porsche, qui ont été les plus importés au Vietnam avec 1.135 unités, pour un montant total de 65 millions de dollars. La marque Mercedes-Benz est arrivée en tête, représentant 70% des parts de marché. Viennent ensuite ceux importés de Grande-Bretagne, avec 387 unités et 23,5 millions de dollars, puis de France avec 27 unités et 6 millions de dollars.

En septembre 2017, le constructeur automobile vietnamien Truong Hai Automobile JSC (Thaco) a été choisi par BMW Group Asia comme le distributeur officiel au Vietnam de ses modèles BMW et MINI, et ce depuis le 1er janvier 2018. Actuellement, Thaco représente de 40% à 42% des parts du marché vietnamien. Ce géant compte 97 showrooms et 59 distributeurs dans l’ensemble du pays. S’il accepte de vendre les Mercedes-Benz à un prix inférieur au prix normal pour acquérir des parts de marché, il est possible que le trône de cette marque allemande soit ébranlée dans les temps prochains. -CVN/VNA