Des soldats philippins quittent à bord de camions la zone de combats de Marawi, le 19 octobre 2017. Photo: AFP

Manille (VNA) – Les chefs des diplomaties indonésienne, malaisienne et philippine se sont réunis le 12 novembre dans la capitale philippine Manille pour discuter des mesures visant à lutter contre le retour des islamistes radicaux qui avaient attaqué la ville de Marawi, dans le sud des Philippines.

Lors d'une réunion en marge du Sommet de l’APEC 2017 à Da Nang, ils avaient convenu d’approuver un plan d’action commun de lutte contre l’extrémisme lors de leur prochaine réunion en Indonésie en janvier 2018.

Ce plan vise à éliminer la pauvreté, le trafic de drogue, la criminalité et les inégalités sociales qui sont considérés comme la source de l’extrémisme. Il vise également à lutter contre le financement du terrorisme, la diffusion en ligne de contenus à caractère terroriste ainsi qu’à renforcer l'échange de renseignements.

Les ministres ont également convenu d’appliquer le programme d’enseignement religieux de l’Indonésie aux écoles coraniques à Marawi.

A la fin du mois d’octobre, l’armée philippine a annoncé la fin de la bataille engagée cinq mois précédents contre les insurgés fidèles à l’État islamique (EI) qui avaient pris le contrôle de quartiers entiers de Marawi. Les soldats philippins avaient abattu Isnilon Hapilon, «émir» du groupe EI pour le Sud-Est asiatique et leader des combattants. -VNA