Hanoi (VNA) - Plusieurs agences et chercheurs spécialisés prévoient de restaurer deux abris anti-bombes présents au sein du site impérial Thăng Long de Hanoï, appelés aux N° 59 et N° 66. Ces bunkers, utilisés pendant la guerre contre les impérialistes américains, seront ensuite ouverts au public.

Un visiteur à l'entrée du refuge N° 66 de la citadelle impériale de Thăng Long. Photo: VNA/CVN

 

Le Professeur Nguyễn Văn Huy, ancien directeur du Musée d'ethnographie du Vietnam, a déclaré que des examens avaient été effectués dans les deux abris, révélant ainsi des informations précieuses.

"Les abris sont des vestiges importants, fournissant des éléments historiques pertinents à propos de la guerre", a-t-il déclaré avant de poursuivre: "Nous devrions faire de la recherche sérieuse, organiser des expositions et même relier historiquement les deux abris avec d'autres vestiges révolutionnaires. Cela permettrait d'organiser des visites scolaires pour les étudiants".

Trần Thị Mai, un ancien officier du Département de cryptographie, s'est rappelée avoir travaillé dans ces lieux. "J'ai transcrit les ordres du Président Hô Chi Minh et d'autres dirigeants tels que Lê Duân, Pham Van Dông et Vo Nguyên Giáp en code pour les envoyer vers les postes de commandement sur les champs de bataille du Sud pendant l'offensive générale du Têt Mâu Thân 1968 et la campagne de libération du Sud en 1975", a-t-elle déclaré.

La porte principale (Doan Môn) de la citadelle impériale de Thang Long. Photo: VNA/CVN

Trân Viêt Anh, directeur du Centre de conservation du patrimoine Thang Long de Hanoï, a déclaré que les vestiges révolutionnaires tels que les deux abris faisaient partie des critères permettant l’inscription de la citadelle sur la liste des patrimoines culturels mondiaux reconnus par  l'UNESCO. "La recherche est nécessaire et nous aide à proposer un plan de développement pour le site", a-t-il déclaré.

Les abris N° 59 et N° 66 ont été construits au nord du palais Kính Thiên qui abritait autrefois le Politburo et le ministère de la Défense lors des plus féroces bombardements de la guerre entre 1965 et 1973.

Le Centre de conservation du patrimoine Thang Long de Hanoï a collaboré avec le ministère de la Défense et le Département de cryptographie afin de trouver le personnel qui travaillait auparavant dans les abris pour ainsi collecter des documents et des informations. Cependant, ils n'ont pas encore rassemblé suffisamment d'éléments à afficher et exposer. "Les abris ont été fermés il y a longtemps. Il est donc très difficile de récupérer tous les objets", a déclaré M. Anh.

Le chercheur Trân Duc Cuong, président de l'Association des sciences historiques du Vietnam, a déclaré que l'essentiel était de préserver et de développer l’attrait touristique autour des vestiges de la guerre, y compris ces deux abris. –CVN/VNA