Hanoi (VNA) –  Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a donné son accord de principe à l’organisation du forum sur le développement durable et résilient au changement climatique du delta du Mékong en octobre 2019.

Le delta du Mékong couvre 3,94 millions d’hectares, soit 12% de la superficie nationale. Photo : VNA


Il a chargé le ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement de se coordonner avec les ministères de l’Agriculture et du Développement rural, du Plan et de l’Investissement, des Finances, de la Construction, des Transports, de l’Intérieur, de l’Information et de la Communication, et les agences concernées pour préparer l’agenda du forum et de lui rapporter les travaux en février prochain.
 
Le delta du Mékong représente 12% de la superficie et 19% de la population nationales. Etant le plus grand centre de production agricole du Vietnam, la région fournit la moitié du riz, 65% des produits aquatiques et 70% des fruits. Elle représente 95% des exportations de riz et 60% des exportations de produits aquatiques du pays.

Toutefois, le delta du Mékong est l’un des quatre deltas du monde les plus vulnérables aux changements climatiques. Selon des études officielles, 38% de la superficie du delta du Mékong risque d’être submergée d’ici à 2100. Certaines parties de la côte sont exposées à l’érosion au rythme de 30 mètres par an.

En outre, les forêts de mangroves protectrices sont en déclin considérable et l’intrusion d’eau salée dans les nappes phréatiques devient un grave problème car elle dégrade les sols fertiles pour l’agriculture.

En outre, les activités humaines dans la région, telles que le défrichage des forêts côtières, la modification des cours d’eau naturels et l’adoption de pratiques agricoles et aquacoles intensives menacent la capacité de fournir des services écosystémiques essentiels dans le delta du Mékong.

L’année dernière, le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a signé une résolution sur le développement durable du delta du Mékong dans le cadre des efforts déployés pour faire face au changement climatique.

En vertu de la résolution, d’ici à 2100, la durabilité de la région serait assurée par l’agriculture de haute qualité, l’écotourisme, les services et l’industrie, en particulier l’industrie de transformation qui devrait accroître la valeur et la compétitivité des produits agricoles de la région. Le système d’infrastructure serait grandement amélioré.

Selon la résolution, le delta du Mékong aura pour objectif de devenir à l’horizon 2050 une région "avec un niveau de développement assez élevé et un niveau d’organisation sociale moderne", un revenu per capita supérieur à la moyenne nationale, et une proportion de l’agriculture écologique représentant plus de 80%. – VNA