Hanoi (VNA) Dông Kinh cô nhac (musique traditionnelle de la capitale de l’Est, en français) est un groupe qui se bat contre vents et marées pour la survie et la valorisation de la musique traditionnelle. Depuis trois ans, il multiplie les initiatives, en proposant des concerts à l’ancienne mais aussi en introduisant des éléments parfois révolutionnaires.

Photo: VOV

Mai 2015. La maison du 50 rue Dào Duy Tu, dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm, en plein cœur de Hanoï, s’anime aux sons d’instruments de musique traditionnelle. Dông Kinh cô nhac présente un premier spectacle intitulé «Conte musical de l’ancien quartier». Sans amplificateur, la voix des chanteurs se mêle aux sons émis par des instruments en bambou aux cordes en soie. Délicats et profonds.

«Nous avons parmi nos membres de très grands artistes comme Xuân Hoach, Thanh Hoai, Minh Gai et Thuy Ngan qui sont tous des références pour la musique traditionnelle. Ce qui nous unit, c’est justement l’idéal musical qui consiste à préserver l’héritage traditionnel et à le remettre au goût du jour», nous explique Dam Quang Minh, fondateur du groupe. 

Dans le cadre de «Conte musical de l’ancien quartier», 13 concerts ont été organisés en l’espace d’un an. Chacun a fait découvrir et redécouvrir au public le charme et la subtilité d’un art scénique traditionnel du Vietnam : cheo, tuong, van, récitation de poèmes…

La musique traditionnelle vietnamienne, Dông Kinh cô nhac l’a présenté dans le pays comme à l’étranger, dans le cadre de concerts savamment orchestrés pour rendre compte de la diversité du répertoire ancien. Mais il s’est aussi amusé à mettre, sur des mélodies anciennes, des paroles de chansons de Trinh Cong Son ou des poèmes de Nguyen Duy. Même la poésie allemande a eu les faveurs du groupe qui a tenu à rendre hommage à Jan Wagner et à Heinrich Heine.

Photo: VOV

Fin 2017, Dông Kinh cô nhac tentait une nouvelle aventure avec le Hanooi new music ensemble, un ensemble voué à la création contemporaine. Leur concert «Miroir de la mémoire» a eu lieu à l’Académique de musique nationale du Vietnam. Sous la direction du chef d’orchestre américain Jeff von der Schmidt, des chants traditionnels se sont mariés avec des créations musicales innovantes.

Pour Vu Nhât Tân, compositeur de musique contemporaine et membre actif de Dông Kinh cô nhac, l’accueil du public est très encourageant.

«Nous allons effectuer des études plus avancées sur la musique traditionnelle, en puisant dans les écrits anciens pour établir un système théorique de cette musique, nous dit-il. C’est un travail énorme qui prendra beaucoup de temps. En parallèle, nous organiserons des concerts et des échanges avec le public. Notre souhait, c’est faire en sorte que la jeune génération préserve la tradition en utilisant les instruments anciens et en chantant avec sa voix authentique.»

Aussi nombreux et sophistiqués soient-ils, tous les essais que mènent les artistes de Dông Kinh cô nhac sont complètement non lucratifs. Rien n’est trop cher pour assouvir leur passion artistique, qui en plus a eu pour effet d’ouvrir un nouvel horizon à la musique traditionnelle vietnamienne. – VOV/VNA