Des experts étrangers au Centre de sauvetage des primates du Parc national de Cuc Phuong ​pose ​un collier à puce puce à un singe avant de le restituer à la nature. Photo: NDEL

 

Ninh Binh (VNA) - Ces dernières années, le Ministère vietnamien des Ressources naturelles et de l’Environnement a mené ​de nombreuses activités de coopération internationale dans le cadre ​de l'application de conventions bilatérales et multilatérales, ainsi que de programmes d’action convenus avec plusieurs pays, territoires et organisations. Il a de plus en plus d’occasions d'échanger des points de vue, d'appeler des soutiens dans la réalisation des tâches du secteur alors que le budget d’État reste limité.

La coopération internationale ​en matière de protection de l’environnement, qui est l'une ​des ​missions de l'administration publique ​fixées par ​la réglementation en matière de protection de l’environnement, demeure une ​importante mesure générale ​des stratégies et des programmes d’actions nationaux ​concernant l’environnement. Ces 20 dernières années, la coopération internationale se développe ​rapidement, contribuant activement aux succès ​obtenus dans la protection de l’environnement au Vietnam. Chaque phase du développement de la coopération internationale dans la protection de l’environnement a ses caractéristiques en termes d’envergure et de formes. Par exemple, durant les années 90, ​cette coopération s’inscrivait dans le cadre de projets bilatéraux convenus avec la Suède et le Canada, ​dans le but d’améliorer les c​apacités institutionnelles et de recevoir des aides. La coopération ​s'est étendue à d'autres partenaires ​comme le Danemark, le Japon, la Suisse, la République de Corée, les États-Unis, la Chine…, et s'est développée sur un plan bilatéral avec des organisations comme le Programme des Nations-Unies pour le Développement, le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement, le Fonds pour l’Environnement Mondial, la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, ou encore l’ASEAN).

Les contenus de coopération ont été approfondis, couvrant la quasi-totalité de la gestion de l’environnement dont l’évaluation des impacts sur l’environnement, le contrôle de la pollution, le traitement de la pollution due aux substances chimiques persistantes, la préservation de la biodiversité, le changement climatique…. Les formes de coopération ​ont elles aussi évolué, se concrétisant davantage à l'établissement de relations de partenariat pour régler ensemble les ​difficultés, au lieu de simples aides comme auparavant.

Dans un futur proche, la coopération internationale dans l’environnement ​s'inscrira dans de nouvelles conjonctures présentant de nouvelles difficultés ​comme de nouveaux avantages. Cela exigera des orientations et des mesures parfaitement appropriées au Vietnam qui, en outre, lui permettront de s’intégrer plus profondément ​au monde et d’affirmer graduellement ​son statut ​sur la scène internationale en matière d’environnement.

La stratégie nationale de protection de l’environnement pour la période 2011-2020 mentionne, entre autres points, “ promouvoir l’intégration et intensifier la coopération internationale dans la protection de l’environnement”…

Les problèmes environnementaux à l’échelle régionale et mondiale qui menacent l’écosystème et ​l'homme au Vietnam, comme la dégradation de la biodiversité, ​le changement climatique, les pollutions dues aux substances chimiques et aux déchets… ont fait bénéficier au pays bénéficie des aides internationales pour mener des recherches et trouver ​des solutions à ces défis. ​Ces derniers sont alarmants au Vietnam​ et suscitent l’intérêt pour des recherches dans le monde. Par ailleurs, les projets de coopération internationale ​développés au Vietnam ont permis à ce dernier ​d'acquérir des expériences internationales en la matière... 

Le Vietnam se trouve encore confronté à de nombreuses difficultés et défis. Auparavant, le Vietnam n’était qu’un bénéficiaire d'aides et d'assistances, mais pour la période 2016-2020, il devra avoir un rôle plus actif ​en tant que partenaire ​impliqué activement dans des coopérations internationales.

Pour ​développer et améliorer l’efficacité de la coopération internationale dans l’environnement, il faut renouveler la signification de la coopération internationale et avoir un rôle plus actif, c’est-à-dire ne pas recevoir de façon passive les aides mais, au contraire, s'intégrer activement en se tenant prêt à participer et à partager les responsabilités et les intérêts, accorder plus de moyens financiers et de ressources humaines à la coopération internationale dans l’environnement, avoir suffisamment de moyens financiers pour ​lancer les initiatives ou ​lancer les événements organisés par le Vietnam et, dans le futur, envoyer des représentants auprès des organisations internationales en relation avec le secteur environnemental. ​​Il faut aussi élaborer des stratégies de coopération internationale ​dans ce secteur, en définir les orientations en résolvant les problèmes du Vietnam ​concernant les problèmes de l’environnement régional et mondial… -NDEL/VNA