En réponse à la Journée internationale de la Fille (11 octobre), une campagne de communication sur le déséquilibre des sexes à la naissance est réalisée du 19 septembre au 22 octobre.

Cette campagne est placée sous les auspices de l'Office général pour la Population et le Planning Familial du ministère de la Santé et du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) au Vietnam.

Elle a pour objet d'améliorer les connaissances de la population sur les causes et les conséquences de la sélection du sexe des foetus, qui est l'une des formes de discrimination des sexes. Elle appelle le gouvernement et les administrations à faire plus d'efforts afin de réduire ce phénomène.

Lors du lancement de la campagne mardi à Hanoi, le représentant en chef de l'UNFPA au Vietnam, Arthur Erken, a indiqué que les causes essentielles étaient l'inégalité entre les sexes et le mépris des femmes. Les solutions à ce problème sont d'éliminer l'inégalité entre les sexes, de faire respecter les droits de l'Homme de chacun, notamment des femmes et des filles, a-t-il déclaré.

Selon le vice-ministre vietnamien de la Santé, Nguyen Viet Tien, le déséquilibre des sexes à la naisssance est passé au Vietnam de 106,2 garçons pour 100 filles en 2000 à 113,8 pour 100 en 2013, avec une prévision sur le plan démographique qu'en 2050, de 2,3 à 4,3 millions d'hommes vietnamiens ne pourraient trouver une femme pour fonder une famille.

Le Vietnam a pris plusieurs mesures pour intensifier la sensibilisation de la population à ces conséquences comme pour mieux appliquer la réglementation sur l'interdiction de la sélection du sexe des foetus...

La campagne prévoit une série d'activités, dont colloques, défilés, formations dans la capitale de Hanoi et dans les provinces de Hai Duong et de Bac Ninh, outre la communication sur les médias et les réseaux sociaux. -VNA