Hanoi (VNA) – Chaque année, au 15e jour du 3e mois lunaire, le village de Ba Duong Nôi, dans la commune de Hông Hà, en banlieue de Hanoi, organise la plus grande fête de cerfs-volants du Nord du Vietnam.

Photo: VOV
 

Depuis la création du village, les habitants fabriquent et font voler des cerfs-volants au bord du fleuve Rouge. Au début, cette tradition millénaire n’était destinée qu’aux seuls villageois, mais très vite, les localités avoisinantes se sont prises au jeu et des concours ont été organisés.
 
Pas sophistiqués comme les cerfs-volants de Huê ni ingénieux comme ceux de Hôi An, les cerfs-volants de Ba Duong Nôi sont simples et ils ne disposent pas de queue. Confectionnés en papier artisanal, ils présentent la particularité d’émettre des sons qui proviennent des flûtes en bambou attachées sur leur armature. Il existe trois sortes de cerf-volant: «canh muôm», «canh chanh» et «canh môc». Si le cerf-volant «canh môc» peut voler très haut, il est difficile à manipuler. De son côté, le «canh muôm» peut supporter plus de flûtes. Aujourd’hui, les cerfs-volistes du village préfèrent confectionner le «cánh chanh» capable de voler haut avec plusieurs flûtes.

  
Photo: QDND

Phan Văn Hà, le chef du comité de gestion des vestiges du village, également chef du comité d’organisation du festival de cerfs-volants de Ba Duong Nôi, indique: “Chaque cerf-volant doit mesurer 2,2m de longueur, 0,6m de largeur et porter au moins trois flûtes dont la plus petite a un diamètre de 2,5 cm. Sept prix dont un premier prix, un deuxième prix, deux troisième prix sont attribués lors de chaque édition. On donne 40 points au maximum selon quatre critères: la forme, la hauteur, la stabilité du cerf-volant et les sons de ses flûtes.”

Le jour  J, c’est-à-dire le matin du quinzième jour du troisième mois lunaire, les villageois organisent une cérémonie d’offrande d’encens dans le temple dédié au génie de la terre, le plus ancien temple du village. Le concours a lieu de 14h à 17h dans le champ.

Cette année, 50 cerfs-volistes de 15 clubs participent à la fête de cerfs-volants de Ba Duong Nôi.  Bùi Quang Long du club de cerfs-volistes de An Khánh, dans le district de Hoài Duc, à Hanoi, a remporté le premier prix. Pour les villageois, cette fête est une tradition culturelle mais également spirituelle.

L’artisan émérite Nguyên Huu Kiêm, responsable du club de cerf-volant traditionnel de la commune de Hông Hà (district de Dan Phuong), explique: “La fête du cerf-volant du village de Ba Duong Nôi est particulière car elle est aussi liée avec la culture du riz. Nous croyons que plus le cerf-volant s’élève haut, plus la moisson sera abondante et que les sons émis par les flûtes permettent de conjurer les esprits malfaisants et de chasser les épidémies. Chaque année, le meilleur cerf-volant est offert au génie du temple. Les cerfs-volants de Ba Duong Nôi avec leurs flûtes sont uniques au monde.”

Photo : VOV

Lionel Cau, un touriste français, partage: «Je remercie les villageois de nous accueillir et de nous laisser vivre ce moment avec eux. C’est un mélange de tradition et de culture. Je n’avais jamais vu un tel spectacle. C’est tout à fait exceptionnel. Il y a des cerfs-volants en France, près de la mer, mais ni aussi grands ni dotés de flûtes».

La confection d’un beau cerf-volant se prépare au moins huit mois avant la fête. Nguyên Van Dông, un villageois de Ba Duong Nôi, explique: “Il faut préparer le bambou et les flûtes un an à l’avance. Pour que le cerf-volant puisse voler à 500-600m d’altitude, il faut entre 800 à 1.200m de fil car il vole en direction oblique. Les cerfs-volants  volent souvent au-dessus des nuages bas et ils sont comme des points dans le ciel. Les sons des flûtes ressemblent à une symphonie céleste. J’ai une bonne équipe de six personnes et nous décrochons souvent les meilleurs prix.”

Pour les villageois de Ba Duong Nôi, la fête du cerf-volant est un extraordinaire héritage culturel qu’ils entendent perpétuer de générations en générations. – VOV/VNA