Nghê An (VNA) - Les jardins d'orangers du village de Pha, de l'ethnie minoritaire Thaï, situé dans la commune de Yên Khê, district de Con Cuông, province de Nghê An (Centre), rapportent des dizaines de tonnes d'agrumes chaque saison, permettant aux paysans la fabrication d'une palette de produits à base d'orange très variés et originaux. Ceci a considérablement contribué à mettre en valeur les oranges et favoriser le développement du tourisme local.
 
Jardin d’orangers du village de Pha deux mois avant la récolte. Photo : Viêt Cuong/JICA

Un canal de 2 à 3 m de large et de près de 2 m de profondeur, s’écoulant selon une trajectoire sinueuse au village de Pha, traverse les jardins d'orangers. L’année dernière, au même moment, le canal débordait d'oranges pourries, jetées par les familles. «Nous étions vraiment affligés d'avoir 4 tonnes d’oranges gâtées», se souvient Tang Ngoc Son, propriétaire d’un jardin de près de 1,4 ha. L’odeur infecte se répandait dans tout le village. En plus des dégâts économiques, la pollution à cause des fruits abîmés jetés dans le canal a causé une grande inquiétude aux habitants de Pha.

Mais tout a changé cette année. Les jardins de 7,8 ha de la famille de Tang Ngoc Son et de 4 autres familles inscrits au Groupe de production et de transformation des produits à base d'orange promettent une récolte abondante. Les branches plient sous le poids des fruits charnus et pulpeux, une caractéristique de la variété d'orange de Con Cuông. Cette année, chaque hectare pourrait donner de 20 à 30 tonnes.

«Au début, nous avons investi plus de 45 millions de dôngs dans le système d’irrigation au goutte-à-goutte, permettant de mélanger de l'engrais liquide à l'eau d'irrigation. Depuis 2016, nous recevons les soutiens de l'Agence de coopération internationale du Japon (JICA), qui coopère avec l’Institut de recherche des métiers agricoles du Vietnam, afin de réaliser une production-transformation propre. Désherber, planter…, toutes les étapes sont bien contrôlées et notées. Les orangers sont devenus plus résistants face aux tempêtes. Ils donnent beaucoup de fruits de qualité, satisfaisant aux critères de production», précise Bích Hoài, épouse de Dung, du même groupe que Son.

Hoài attend avec patience la prochaine récolte. Dans quelques semaines, les oranges commenceront à être cueillies, la paysanne pourra alors ouvrir les portes de ses jardins aux visiteurs. Avec un billet d’entrée de 30.000 dôngs par personne, ils auront l’occasion de prendre les photos, de déguster des fruits et d'acheter des produits à base d’orange. Cette activité a rapporté à sa famille environ 500 millions de dôngs l’année dernière.

Tout en enlevant des branches mortes et des herbes au pied des arbres, Hoài présente les endroits sous le feuillage où les touristes pourront se reposer. Autour d’eux seront étalés des paniers d'oranges et d'autres pour jeter l'écorce des fruits, ce qui garantira la propreté des lieux et aidera les propriétaires à récupérer l'écorce au service de la transformation de produits secondaires.
 
Les villageois de Pha réalisent la transformation des produits à l’orange à l’aide de dispositifs subventionnés par la JICA. Photo : Viêt Cuong/JICA

Depuis 2016, le Projet de diversification des moyens de subsistance basé sur le tourisme patrimonial dans les villages de l'agriculture et de la pêche a aidé les paysans de Pha à fabriquer de l’huile essentielle d'orange, à partir des fruits impropres à la vente. L’écorce des fruits mûrs est utilisée pour produire de la marmelade. Le reste peut être transformé en vin d’orange. Le fruit sec sert au fumage des jardins.
 
Les touristes peuvent donc acheter de l’huile essentielle, afin de parfumer l’intérieur d'une maison, d'une voiture ou d’une armoire, des savons, de la marmelade ou encore du vin, tout cela fabriqué à partir des oranges. Cette culture a contribué à diversifier les produits touristiques de la province de Nghê An, et du district montagneux de Con Cuông en particulier.

L’orange de Con Cuông cultivée selon les critères VietGAP est devenu un fruit prestigieux dont raffolent les consommateurs... et  qui a changé la vie de nombre de producteurs locaux. «La moitié du coût de construction de cette maison de 500 millions de dôngs provient de la production d’orange», confie fièrement Son.

Le couple Hoài-Dung est également en train de bâtir une grande maison.

Les produits à l’orange du village de Pha ont été présentés par les autorités locales à plusieurs foires et expositions, supermarchés ou réseaux d’établissements d'hôtellerie-restauration à Vinh (province de Nghê An), Hanoï et Hô Chi Minh-Ville.
 
Les pots de l’huile essentielle d’orange contribuent à mettre en valeur les oranges du village de Pha. Photo : Viêt Cuong/JICA

La SARL d'innovation et de développement des métiers agricoles du Vietnam (VIRICO) est chargée de la vente et de la distribution de ces produits. Une coopérative a aussi été établie, afin de soutenir l'écoulement des oranges et des produits dérivés.
 
Le district de Con Cuông a l'ambition à construire une maison sur pilotis qui présentera aux touristes toutes les étapes de production des produits à l’orange et de métiers artisanaux.

«Nous espérons que les oranges et les produits à l’orange du village de Pha seront largement présentés aux quatre coins du pays, afin d’aider les habitants à s’enrichir et à valoriser nos produits locaux», exprime Nguyên Xuân Nam, chef du Bureau de la culture et de l’information du Comité populaire du district de Con Cuông. – CVN/VNA