Un tribunal cambodgien ordonne l’arrestation d’un chef de l’opposition en exil

Le tribunal de Phnom Penh a ordonné lundi 16 septembre l’arrestation de Sam Rainsy, dirigeant en exil du Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP), parti d’opposition dissous.
Phnom Penh (VNA) - Le tribunal de Phnom Penh a ordonné lundi 16 septembre l’arrestation de Sam Rainsy, dirigeant en exil du Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP), parti d’opposition dissous.
Un tribunal cambodgien ordonne l’arrestation d’un chef de l’opposition en exil ảnh 1Sam Rainsy lors d’une interview avec RFA. Source:  cambodgemag.com

Le juge Koy Saop a demandé aux autorités de demander, d’arrêter et de traduire rapidement Rainsy en justice pour avoir offensé le roi cambodgien Norodom Sihamoni.

Le porte-parole du ministère cambodgien de la Justice, Kim Santepheap, a déclaré que s’il était reconnu coupable, Rainsy pourrait être condamné à une peine de prison pouvant aller jusqu’à 10 ans.

Lors d’une interview accordée le 12 septembre à Radio Free Asia (RFA), Rainsy a prononcé des propos injurieux envers le roi.

Lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre lao à Phnom Penh, le 12 septembre, le Premier ministre cambodgien Samdech Techo Hun Sen a déclaré que le Cambodge avait demandé aux États membres de l’ASEAN d’arrêter et d’extrader Rainsy et ses partisans s’ils entreraient sur leur territoire. 

En août dernier, le chef du gouvernement cambodgien a porté plainte contre l’opposant Sam Rainsy, en exil en France depuis 2015, pour diffamation. Ce dernier a les nationalités française et cambodgienne.

Les plaintes avec constitution de partie civile ont été portées devant la justice française par les avocats Luc Brossollet, Frédéric Doyez et Didier Leick. – VNA

Voir plus