Hanoi (VNA) –  Le photographe Trân Tuân Viêt est le Vietnamien qui détient le plus grand nombre de clichés publiés par le magazine américain National Geographic. Son désir: honorer la valeur de l’harmonie culturelle.
Le photographe Trân Tuân Viêt. Photo: ST/CVN

Né dans les années 1980, Trân Tuân Viêt est venu à la photographie par… hasard. "J’ai étudié l’architecture à l’université, mais je travaille dans les technologies de l’information depuis 17 ans, bien que je n’aie fréquenté aucune école spécialisée dans ce secteur". Il s’est instruit presque lui-même. Tout comme son parcours artistique avec la photographie qu’il pratique depuis 2007 comme amateur. "Mon parcours photographique s’est développé surtout en autodidacte, au contact des livres et des forums ou communautés photographiques en ligne".

Son intérêt pour la photographie a commencé il y a 11 ans lorsqu’un collègue lui a demandé de prendre des photos de son mariage en lui prêtant son appareil photo. "J’ai été surpris par les images prises à partir de cet appareil. J’ai ensuite commencé à faire des économies afin de m’en acheter un. J’ai beaucoup photographié. Mes amis, tout le monde, toutes sortes de choses", a-t-il raconté.

Le photographe est un des membres des premiers forums de photographie du Vietnam tels que xomnhiepanh.com, vnphoto.net...

Mais ce n’est qu’à partir de 2015 que le photographe amateur consacre plus de temps à sa passion, qui est passée d’abord par le documentaire. "J’ai commencé à étudier la photographie plus profondément, planifiant en détail mes images".

Une vingtaine de photos parmi les plus belles

Jusqu’à présent, une vingtaine de clichés pris par Trân Tuân Viêt ont été sélectionnés dans le top des ‘plus belles photos du jour’ publiées par Your Shot, la communauté de photographes de National Geographic (Nat Geo), qui compte plus de 900.000 membres de 165 pays. Sept de ses photos ont été retenues pour être récompensées comme "les meilleures images du jour".

"C’est par cette communauté photo que nous découvrons chaque jour de nouvelles manières de raconter des histoires en images, comme autant de fenêtres sur le monde".
L’œuvre "Making incense" (Faire de l’encens) publiée en juin 2017 dans le magazine National Geographic. Photo: Trân Tuân Viêt/CVN

Son cliché Making incense (Faire de l’encens) a été publié en juin 2017 dans la rubrique "Visions of Earth" (Visions de la Terre) de Nat Geo. Cette œuvre présente le métier traditionnel de fabricant d’encens dans la commune de Quang Phu Câu, district de Ung Hoà, en banlieue de Hanoi.

Pour que cette photo ait pu être publiée dans cette revue américaine, "des dizaines de courriels ont été échangés durant trois mois consécutifs" entre le photographe vietnamien et la rédaction en vue d’informations complètes sur le processus de composition mais aussi pour vérification avant publication.

En mars 2018, cette photo a également reçu le 1er prix dans la catégorie tourisme lors du concours de photo du magazine américain Smithsonian. Elle a enregistré près de 50.000 vues sur son site Internet, un chiffre record pour ce concours annuel qui dure depuis 15 ans.

Le concours de cette année a réuni 48.000 clichés de photographes amateurs et professionnels, de 155 pays et territoires.
“Des paysages magnifiques, il y en a dans tous les pays du monde. Difficile ainsi pour le Vietnam de se démarquer dans ce domaine. Ainsi, au lieu de comparer la beauté des paysages, je préfère présenter nos traditions, un trait spécifique et propre du Vietnam”, a déclaré Trân Tuân Viêt.

Il a obtenu, jusqu’à présent, plus de 250 prix tant nationaux qu’internationaux. Ses photographies sont remplies "d’âme" et ont toujours leur propre "griffe". Elles sont donc grandement appréciées par les magazines les plus exigeants.

Messager de la culture vietnamienne

Selon Nguyên Viêt Thanh, photographe vietnamien primé à de nombreux concours internationaux, ces dernières années, Trân Tuân Viêt a connu plusieurs succès. "On peut dire que c’est une réalisation encourageante pour un amateur et un bon signe pour les jeunes photographes", a assuré M. Thanh. Et d’ajouter que Viêt est studieux et doué en anglais, et cela lui facilite l’accès à différents forums de photographie dans le monde entier, à une grande communauté ainsi qu’à de nombreux sujets. "La photographie internationale change et évolue tous les jours. Si nous parvenons à rattraper ces progrès, nous parviendrons à franchir un grand pas visant à affirmer la position de la photographie vietnamienne sur la scène mondiale", a expliqué Nguyên Viêt Thanh.

En dévoilant la beauté de la culture du Vietnam à travers ses photos, Viêt souhaite raconter des histoires du lien spirituel entre les dieux et les gens, les ancêtres et les descendants... De petites histoires, mais d’une portée universelle, celle de l’harmonie culturelle. "Je voudrais achever un ensemble d’images spécifiques de chaque localité du pays. Cela m’obligera à effectuer encore de nombreux voyages. C’est un grand défi pour moi". – CVN/VNA