Le marché aux bestiaux Trà Linh. Photo : VOV
 
Hanoï (VNA) - Situé dans la province de Cao Bang, à 300 km de Hanoï, Trà Linh est le plus grand marché aux bestiaux du Nord du Vietnam. Organisé six fois par mois, Trà Linh réunit les vendeurs de tout le pays et même de Chine.

Tous les 4e, 9e, 14e, 19e, 24e et 29e jours du calendrier lunaire, éleveurs, vendeurs, acheteurs et animaux se donnent rendez-vous dans le district de Hùng Quôc. Dans les rues, le calme matinal est brisé dès 4 heures du matin lorsque des centaines de bovins se dirigent vers le marché Trà Linh. On peut dénombrer jusqu’à un millier de bêtes et des vendeurs venus de partout et même de Chine. Nguyễn Xuân Lục est éleveur de bœufs. Accompagné de ses deux fils, il a mis deux jours pour se rendre au marché depuis la province centrale de Nghê An.

«À chaque fois, je ramène une trentaine de bêtes. Les prix de vente peuvent varier entre 20 et 50 millions de dongs », a-t-il souligné. « Chaque voyage me permet de gagner environ 10 millions de dongs. Comme j’assiste à chaque marché de Trà Linh, à la fin du mois, je gagne environ 60 millions de dongs (2.200 euros) que je réinvestis dans l’élevage et dans les études de mes enfants».

À Trà Linh, les acheteurs peuvent trouver des buffles de champs ou de combat de qualité, les éleveurs échangent leurs savoir-faire et se renseignent sur les prix. Un buffle se vend entre 40 et 60 millions de dongs (1.500-2.200 euros). Le prix d’une bufflesse en gestation varie entre 30 et 40 millions de dongs (1.200-1.500 euros). Un bufflon est moins cher, entre 15 et 20 millions de dongs (570 et 750 euros). Nông Văn Quang, un «connaisseur», explique: «J’ai choisi un  buffle très grand et fort pour les travaux champêtres. Il est un peu cher, mais ça vaut la peine. Si l’année prochaine je veux le revendre, je pourrai faire une plus value».

Nông Quôc Tuân habite le district de Hùng Quôc. Il vient souvent au marché Trà Linh pour acheter des bœufs.

«Je fréquente ce marché depuis cinq ans. Je cherche des bœufs grands et puissants. J’ai mes adresses. C’est un achat coûteux et on ne peut pas aller chez n’importe qui», a-t-il partagé.

Trà Linh n’est pas seulement le premier marché aux bestiaux de la province, c’est aussi un pôle commercial important pour les locaux et les minorités ethniques qui en profitent pour proposer leurs fruits et légumes, et de nombreux services tels que le taxi moto (xe ôm), des échanges de devises, des aliments pour animaux etc. -VOV/VNA