Lâm Dông (VNA) – Prenons la direction de la province de Lâm Dông, dans les Hauts Plateaux du Centre, et plus précisément celle de la commune de Phuoc Cat qui a été reconnue en 2015 commune exemplaire du mouvement d’instauration de la nouvelle ruralité. Quatre ans plus tard, force est de constater qu’effectivement, elle a fait peau neuve, devenant l’une des localités pionnières du district de Cat Tiên dans le développement socioéconomique.

Sur les Hauts Plateaux du Centre, Phuoc Cat dans le sens de la marche hinh anh 1Photo: VOV


Depuis 2005, chaque saison des pluies, le système hydroélectrique du fleuve Dông Nai assure la régulation du débit d’eau. Il permet de diminuer les risques d’inondations et crée des conditions favorables à la culture des arbres fruitiers, des plantes industrielles et la riziculture sur les terres alluvionnées au bord du fleuve dans la commune de Phuoc Cat. 

D’une localité qui auparavant recevait régulièrement le riz de l’État, Phuoc Cat est devenue aujourd’hui un centre de production rizicole. Les autorités et les habitants ont décidé d’aller plus loin avec le label «riz Cat Tiên» qui a été reconnu par le département de la propriété intellectuelle, relevant du ministère des Sciences et des Technologies.

Lê Van Bay, directeur de la coopérative commerciale Lê Gia a été l’une des premières personnes de la province centrale de Binh Dinh à s’installer à Phuoc Cat en 1982 pour défricher la terre. Plus de 35 ans après, il est à la tête d’une fortune. En plus de l’agriculture, monsieur Bay s’est lancé depuis quelques années dans le commerce des services.

Sa coopérative produit des semences, vend des fournitures agricoles et rachète des noix de cajou pour les exporter. Depuis le début de l’année, la coopérative Lê Gia a racheté plus de 600 tonnes des noix de cajou auprès des agriculteurs, tout en offrant un revenu stable à 80 travailleurs. 

Lê Van Bay confie : «J’ai de la chance de recruter des travailleurs assidus et responsables. À mon avis, pour réussir, nous devons développer notre responsabilité envers la communauté et valoriser l’assistance aux personnes dans le besoin. Pendant la haute saison de production, nous avons 120 travailleurs avec un revenu mensuel de 4,5 millions de dongs, soit 176 euros, pour chacun.» 

Sur les Hauts Plateaux du Centre, Phuoc Cat dans le sens de la marche hinh anh 2Photo: VOV

Une autre figure exemplaire est Nguyên Van Thinh, directeur de la coopérative agricole de Phuoc Cat. D’un petit établissement de décorticage de riz, sa coopérative est devenue aujourd’hui une usine de transformation de riz avec une productivité annuelle de 18.000 tonnes. Entre janvier et juin, elle a fourni au marché près de 10.000 tonnes de riz. La ferme d’élevage porcin de monsieur Thinh vend chaque mois 8 tonnes de cochons et enregistre un bénéfice de 50 millions de dôngs, soit environ 1.960 euros. 

Il aide aussi les personnes démunies, notamment les anciens combattants, à s’enrichir. Depuis deux ans, Nguyên Van Thinh s’est lancé dans la sériciculture. Sa coopérative dispose à l’heure actuelle de 12 hectares de mûriers. «Dans les temps à venir, nous nous efforcerons d’augmenter la productivité et de créer des emplois stables pour les agriculteurs».

Selon Vo Trung Linh, président du comité populaire du bourg de Phuoc Cat, en 2018, le revenu moyen par habitant a atteint 48 millions de dongs, soit plus de 1 880 euros. L’objectif est d’atteindre 50 millions de dongs, soit 1960 euros.

«Désormais, la priorité sera accordée à la restructuration agricole et au développement du tourisme. Actuellement, la province a un projet de développement touristique relatif au site archéologique de Cat Tiên, au site historique ayant abrité le comité du Parti pour la zone 6 et à la pagode en bois de Phuoc Cat». 

En 2018, le comité permanent de l’Assemblée nationale a approuvé la création du bourg de Phuoc Cat. Un nouveau centre urbain a ainsi été créé dans la zone limitrophe des trois provinces de Lâm Dông, Dông Nai et Binh Phuoc. Un an après, Phuoc Cat continue à être la figure de proue de la nouvelle ruralité de la province de Lâm Dông. 

Un élan socioéconomique qui a même entraîné les minorités ethniques à miser sur le développement du métier de tissage de brocatelle et de production de «ruou cân» l’alcool de riz bu avec une tige de bambou creuse à destination des touristes. Il est désormais clair que Phuoc Cat est dans le sens de la marche. – VOV/VNA